Accueil Politique Non-lieu d’Ayda Ndiongue : Est-ce une négociation politique ou les...

Non-lieu d’Ayda Ndiongue : Est-ce une négociation politique ou les gages d’une plaidoirie ?

Lex-sénatrice libérale, Ayda Ndiongue qui a été inculpée et placée sous contrôle judiciaire depuis mars 2014 pour  enrichissement illicite  portant sur plusieurs  milliards FCFA  a été blanchie. Mais au vu de la tournure de son procès qui a tiré en longueur, nombre  de sénégalais se demandent si ce non-lieu ne résulterait pas dune négociation politique ou des gages de la plaidoirie de ses conseils.

En politique, dit-on souvent, il ne s’agit pas entre le bien et le mal mais entre le préférable et le détestable. Et cet adage pour le moins patent cadre bien d’avec l’affaire Ayda Ndiongue, l’ancienne sénatrice libérale qui a connu ses déboires judiciaires depuis mars 2014, soit 4 ans après l’arrivée du Président Macky Sall  au pouvoir.  Aujourd’hui sortie de l’auberge, bien des observateurs se demandent si ce dossier judiciaire avait des relents politiques. A l’évidence, entre deux combats de dinosaures, en l’occurrence Wade et Macky, il y a forcément des dégâts collatéraux. Et pour affaiblir le pape du sopi, son prédécesseur était tenu de l’affaiblir à l’interne de son propre camp. C’est à dire ébranler d’abord les personnalités les plus en vue et de surcroit bardé de milliards et  susceptibles de contrarier ses visées politiques sur le terrain. Et comble du destin,  Ayda qui a eu à bénéficier des marchés de l’Etat, était parmi les victimes les plus faciles à mettre au pas. Ainsi devenue l’agneau de sacrifice d’un combat de titans, il fallait bien que les choses s’éclaircissent d’un jour nouveau. « Vous êtes ma grande sœur, vous êtes vraiment ma grande sœur », lui assène le Chef de l’Etat Macky, lors d’une rencontre. « Vous êtes mon frère », lui rétorque  l’ex-sénatrice. Ensuite, leur deuxième rencontre s’est soldée par la volonté du Chef de l’Etat de mettre en branle les retrouvailles de la famille libérale. Ce qui lui a faire à l’endroit d’Ayda Ndiongue : « sama yaram dawna ».Ainsi de fil en aiguille, l’étau judiciaire se desserrait autour d’elle jusqu’à aboutir aujourd’hui à un non-lieu. Il est vrai que les conseils de la libérale ont joué leurs partitions pour la libération de leur client. Mais ce dossier reste éminemment politique et les prochains jours nous édifieront  pour quel camp Ayda Ndiongue va continuer à  pencher. Présidentielle de 2019 oblige !

Senegal7.com