Accueil Actualités Participation au dialogue politique : Mystère Idy, Sonko, Madické et Issa Sall

Participation au dialogue politique : Mystère Idy, Sonko, Madické et Issa Sall

Ils sont les quatre candidats malheureux contre Macky Sall lors de la dernière élection Présidentielle du 24 février 2019. Cependant, leur participation au dialogue national appelé par le chef de l’Etat, reste un véritable mystère.

…Mystère

Dans un passé récent, la coalition Pastef a réagi à l’appel au dialogue du président Macky Sall. Pour les partisans d’Ousmane Sonko, c’est «un non événement».

«Nous sommes passés à autre chose parce que c’est un non-évènement et nous ne souhaitons pas réagir», a déclaré El Hadji Malick Ndiaye de Pastef.

Au sein de la coalition Idy 2019, c’est motus et bouche cousue. Idy et ses alliés ne souhaitent pas s’attarder sur la question.

Les quatre candidats qui se retrouvent souvent au sortir de la présidentielle ont bien su que leur salut pèse lourd dans la balance. Car, leur participation va donner un cachet particulier au dialogue national.

En effet, au sortir de la présidentielle, le climat politique est tellement délétère au point qu’un éventuel dialogue avec le chef de l’Etat est exclu.

La suppression du poste de Pm sans l’aval de l’opposition a mis le feu aux poudres. Poussant Moussa Taye, un proche de Khalifa Sall a appeler l’opposition à la résistance. Moussa Taye, le conseiller politique de Khalifa Sall, perçoit mal le projet de réforme constitutionnel tendant à la suppression du poste de Premier ministre.

« C’est inadmissible que le Président procède de manière unilatérale et brusque à des réformes majeures sans concertation avec les acteurs politiques d’autant plus qu’il appelle au dialogue. L’opposition ne doit pas rester aphone. Elle doit s’organiser pour faire face. À ce rythme, le quinquennat sera pire que le premier mandat qui, pourtant avait atteint le summum de l’arbitraire», a dit Moussa Taye.

… «Livre blanc»

Le «Livre blanc» sur la présidentielle 2019. Dans les différentes pages, Idrissa Seck pointe un «hold up électoral» du candidat à sa propre succession.

Dans ce rapport public, figurent des observations saillantes autour d’un «hold-up électoral». Le document vise deux objectifs essentiels, selon ses auteurs. Il s’agit « d’une part, d’éclairer au mieux l’opinion nationale et internationale sur les conditions au regard desquelles la solution d’un «hold-up» électoral s’est réalisée lors de l’élection du 24 février, et d’autre part d’apporter une contribution à une « concertation politique de nature exclusivement thématique, effectivement pluraliste et sincère en mesure de garantir la sincérité des scrutins nationaux.

Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici