Pour faire un ‘’Yebbi’’ inoubliable au baptême de sa fille : Ndèye. M. Sall esroque deux commerçantes de près de 2 millions F Cfa

0

L’histoire qui oppose la commerçante Khady Djiba à Ndèye Marème Sall fait sûrement partie des anecdotes qui se racontent entre deux tasses de thé en ce moment au quartier de la dernière nommée à Louga. En effet, pour flatter son ego et se faire remarquer lors du baptême de sa nièce, Ndèye Marème Sall a pris en crédit des tissus de valeur d’un montant de 1.200.000 francs pour l’offrir à la belle famille de celle-ci. Pis, non seulement elle n’a pas honoré sa parole mais elle donne une mauvaise adresse à sa créancière.

À la barre, la partie poursuivante raconte que Ndèye Marème Sall en la sollicitant lui avait fait croire qu’elle allait être la gagnante d’une tontine à laquelle elle participe sous peu. Pour la mettre en confiance, elle a appelé son époux devant elle. Lequel a confirmé les dires de son épouse. Ainsi, la prévenue a choisi les tissus les plus chers du magasin. Le tout était estimé à 1.200.000 francs.

«Après cela, pour mieux me rouler dans la farine, elle m’a proposé de l’accompagner chez la gérante de la tontine pour que je puisse en avoir le cœur net. On a pris un taxi. Arrivées à une ruelle à Fass, elle m’a indiqué une maison à l’angle d’une rue avant de me demander de l’attendre. Elle est descendue pour revenir quelques minutes après pour me faire croire qu’elle n’y était pas», raconte-t-elle.

Pas du tout convaincue par les allégations de la dame, la partie civile est retournée le soir au quartier de la gérante de la tontine. Mais grande fut sa surprise quand elle a appris que celle-ci n’existait que de l’imagination de sa cliente. Ainsi, elle a appelé cette dernière pour lui demander de lui retourner ses tissus. Mais Ndèye Marème lui promet de lui donner son argent le mardi. La prévenue n’ayant pas respecté sa parole, Khady Djiba l’a traduite en justice.

Khady n’est pas la seule victime de Ndèye Marème Sall. La dame Aïssatou Ndao également a saisi dame justice pour avoir subi les mêmes agissements de la prévenue. «Elle était ma cliente. Elle m’a contactée pour me demander de lui donner à crédit des thioups et autres tissus d’une valeur de 560.000 francs.  Elle m’a versé un acompte de 200.000 francs en me promettant de débourser le reste dès qu’elle recevra sa tontine», renseigne la plaignante. Selon cette dernière, la prévenue a fondu dans la nature une fois qu’elle a traversé le seuil de sa boutique. Elle l’appelait mais en vain.

Prévenue d’escroquerie portant sur les sommes de 1.200.000 et 560.000 francs, Ndèye Marème Sall a reconnu avoir reçu les tissus des parties civiles. «J’avais l’habitude de prendre des tissus auprès de Aissatou et Khady pour les revendre parce que je suis commerçante de base. C’est ainsi qu’à l’approche du baptême de ma fille, je les ai sollicitées pour qu’elles me donnent des marchandises à crédit pour les offrir à la belle famille de ma nièce», dit-elle. À l’en croire, si le paiement a tardé, c’est parce que la gérante de la tontine a accouché et est hospitalisée.

Convaincue de la constance des faits, la représentante du ministère public a requis une peine ferme de 6 mois à l’encontre de la prévenue. Le tribunal, après délibéré, a reconnu la Ndèye Marème Sall coupable des faits pour lesquels elle est poursuivie avant de lui coller une peine de 3 mois ferme. Elle est également condamnée à payer les sommes dues. La contrainte par corps est fixée au maximum.

 

Fanta DIALLO BA-senegal7

Leave a comment