Accueil Actualités Pour une photo avec Miss Israël, Miss Liban exclue du concours de...

Pour une photo avec Miss Israël, Miss Liban exclue du concours de beauté

Le Liban se considérant en guerre contre Israël, Salwa Akar a été évincée du concours Miss Earth, après avoir posé avec une Israélienne lors d’une compétition aux Philippines. La Miss libanaise assure avoir cru que la candidate était palestinienne.

Sur la photo incriminée, on la voit faire le signe de la victoire, en tenant par la taille Dana Zreik, la Miss Israel. Le cliché aura coûté cher à Salwa Akar, Miss Liban de 26 ans qui se présentait au titre de Miss Earth 2018, un concours de beauté qui a lieu aux Philippines jusqu’au 3 novembre.

Le geste lui a valu d’être disqualifiée par la compagnie Al-Sawsan, qui représente le Liban. « Le Liban ne participe donc plus à l’édition 2018 de Miss Earth » a déploré Sawsan el-Sayed, ancienne Miss liban et directrice de Al-Sawan, interrogée jeudi 18 octobre par L’Orient-Le Jour. « Ma société organise des concours de beauté depuis 25 ans, et je n’accepte pas ce genre de comportements (…) c’est choquant (…) Il y a une hostilité historique entre le Liban et Israël, non seulement au niveau militaire, mais également au niveau culturel et dans les concours de beauté » a-t-elle ajouté pour justifier sa sanction.

Plus tard, la Miss libanaise a assuré avoir cru que la candidate israélienne était palestinienne, parce qu’elle l’avait abordée en langue arabe. Dana Zreik est en réalité une Arabe israélienne. Sur la photo, les deux jeunes femmes portent les écharpes de leurs pays respectifs, laissant peu de place au doute.

Il faut rappeler que pays du Cèdre n’en est pas à sa première polémique après des rencontres fortuites ou non entre ses Miss et leurs collègues israéliennes. En 2015, Sally Jreige, une précédente reine de beauté avait dû fournir des explications après avoir été photographiée en compagnie de plusieurs concurrentes, dont une israélienne.

L’affaire des Miss s’inscrit dans le cadre plus large de pressions sur des personnalités publiques libanaises qui sont entrées en contact avec des Israéliens ou se sont rendus sur le territoire de l’État hébreux. Dernier en date, le cinéaste franco-libanais Ziad Doueiri, primé au festival de Venise pour son film « L’insulte ». Celui-ci a comparu devant un tribunal militaire et s’est vu confisquer son passeport à son arrivée à l’aéroport de Beyrouth le 10 septembre au motif d’ »intelligence avec l’ennemi », en allusion à Israël. En cause, une partie des scènes de son précédent film « L’Attentat », tiré d’un roman de Yasmiona Khadra, avaient été tournées en Israël. L’affaire s’est terminée par un non-lieu.

Officiellement, le Liban se considère toujours en guerre contre Israël et revendique notamment le Golan, territoire du sud toujours occupé par l’armée israélienne. Aussi le code pénal libanais prévoit une peine d’un an au moins d’emprisonnement pour « tout Libanais qui serait rentré, directement ou indirectement, en territoire ennemi, sans l’accord du gouvernement libanais ». rapporte Rfi

Souleymane Sylla-senegal7

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

1 × 2 =