« Pourquoi sommes-nous si méchants contre nous-mêmes? » (Par Mame Makhtar Guèye)

0

ON PEUT NE PAS être politiquement en phase avec un compatriote, ne pas partager les mêmes convictions que lui, sans aller tout de même jusqu’à lui souhaiter les pires malheurs. À fortiori… LA MORT !

APRÈS LA FAUSSE RUMEUR sur son décès, qui circulait à profusion dans les réseaux sociaux en juillet dernier, accompagnée d’un affreux montage-photoshop, montrant un Mouhamed Boun Abdallah Dione allongé sur un lit d’hôpital, en France, grabataire, quasi-agonisant, les parties vitales du corps branchées sur d’innombrables appareils de réanimation médicale, le maintenant en survie artificielle ; d’autres commérages, encore plus persistants, ont annoncé la semaine dernière qu’il aurait à nouveau été «évacué d’urgence à Paris». Alors qu’il n’en est rien. Le ministre d’État Dionne était plutôt en mission gouvernementale à Paris et logeait, non pas «aux services d’urgence d’un hôpital parisien», mais plutôt à l’Hôtel Athena Plazza.

L’ANCIEN PM est donc parfaitement bien portant et rentre à Dakar aujourd’hui, samedi 19 octobre 2019, à bord d’un vol régulier d’Air Sénégal, incha Allah, comme vient de nous le confirmer un membre de sa famille.

CELA DIT, on ne peut manquer de se demander de quelle religion, de quelle croyance peuvent bien se réclamer ceux qui prennent un malin plaisir à véhiculer de si macabres médisances contre leur semblable, comme s’ils avaient la garantie divine de ne jamais devoir un jour, comme tout autre être mortel, rendre l’âme et surtout rendre compte dans l’Au-delà à qui de droit ? Qu’est-ce qui explique cet acharnement systématique, ce jusqu’au-boutisme sans foi ni loi ?

AUCUNE FORME DE RIVALITÉ ne saurait justifier, dans ce monde illusoire et si éphémère, une telle hargne contre autrui. On peut parfaitement être d’irréductibles adversaires politiques, sans aller j »usqu’à souhaiter à son prochain de passer de vie à trépas. Ce qui est la prérogative exclusive de Celui qui nous rappelle dans Son Livre Saint qu’Il est «plus proche de nous, croyants, que notre veine juhulaire». Au-delà de nos convictions politiques respectives, il devrait parfaitement être possible de faire prévaloir un « gentlement agreement », gage par excellence de notre commun vouloir de vie commune; dans ce si petit pays, qui nous appartient à tous et que nous devons construire ensemble!

Qu’Allah veille sur notre cher Sénégal.

Mame Mactar Guéye JAMRA

Leave a comment