Pr Mounirou Ndiaye : « Les Sénégalais n’ont pas à payer les inepties managériales de la Senelec »

0

Invité à l’édition du soir de la tfm hier mardi,le professeur d’économie Mounirou Ndiaye n’a pas versé dans la dentelle pour mettre à nu le rythme d’endettement trop rapide de notre pays et concéder un proverbe Ouolof qui résume l’adversité économique qui a cours dans notre pays « Bary pekhé nek ci ndioup moko gueune.

L’enseignant chercheur à l’Université de Thiès le Professeur d’économie Mounirou Ndiaye a porté un regard lucide sur l’endettement de notre pays. Avec une dette publique de 8000 milliards de FCFA, comparé aux Etats Unis qui a une dette de 22.000 milliards de dollars, Pr Mounirou considère que les Amériques ne peuvent être en aucun cas être comparés au Sénégal d’autant que les Yankees n’ont pas de problème de solvabilité et qu’ils ont un Pib de 24 000 milliards de dollars. Selon lui, l’endettement est un moyen qui permet aux organismes internationaux de venir fouiller dans nos économies. L’enseignant chercheur est d’avis que la croissance de 6% de notre pays est plutôt extravertie. Depuis 1979, explique-t-il, le Fmi accompagne le Sénégal sans qu’il ait un changement majeur. En 1996,il y a eu la suppression de la dette mais ceci a nécessité entre autres la vente de la Sonatel , précise-t-il. Selon lui, la suppression de la dette procède d’une stratégie des organismes internationaux pour sonner l’offensive. S’agissant des positions des présidents Ouattara et Macky Sall sur le FCFA, il explique que s’ils parlent de stabilité il n’y a apparemment pas de stabilité. Et d’ajouter que l’expérience cumulée du Nigéria, du Ghana, de la Gambie devrait pouvoir gérer leur monnaie. Ouattara ne peut avoir de problème avec le FCFA parce qu’il en a beaucoup. Et d’indiquer sans ambages que si la monnaie l’éco se fait sans le Nigéria et le Ghana, ce sera indubitablement de la dévaluation déguisée. S’agissant de la Senelec, Mounirou a indiqué que les Sénégalais n’ont pas à payer les inepties managériales de cette boîte. Avec un Pib de 15000 milliards de FCFA, il indique le rythme d’évolution de notre économie est faible. Quand votre moteur est faible, il faut le remplacer. « Bary pekhé,nek ci ndioup moko gueune », tonne-t-il.
Assane SEYE-Senegal7

Leave a comment