Protection des écoles : L’Etat zappe l’enseignement privé au profit du public

1

A l’instar des établissements privés que l’Etat du Sénégal doit une dette de plusieurs milliards de FCFA et qu’il refuse d’épurér, l’enseignement privé laïc et catholique tombe dans le même panneau. Avec l’ouverture des classes, c’est plutôt l’enseignement public qui bénéficie grassement du matériel de protection sanitaire. Une véritable discrimination décriée par les écoles privées.

L’ouverture des classes prévue ce 2 juin suscite bien des grincements de dents du côté de l’enseignement laïc et catholique.

Ismaela Kamara, membre du regroupement des écoles privées de Hann, et directeur de l’école Cheikh Moussa Kamara dénonce avec véhémence ce qu’il appelle une véritable discrimination dont leurs écoles font l’objet en ce qui concerne la distribution de matériel de protection par la tutelle.

« L’enseignement privé est écœuré, à la limite de la nausée. Le gouvernement affiche le dilatoire et la discrimination dans l’octroi du matériel de protection : 1 poubelle en guise de lave-main, 1 thermo-flash, 3 gels et en moyenne 50 masques par établissement privé laïc.

Le nettoyage systématique des salles de classes rencontre un niet catégorique de la part des Maires. Les élèves de l’enseignement public constituent-ils les seuls à devoir profiter des moyens de ce pays ? De nos impôts ? »,  s’interroge- t-il.

En outre, il renseigne que les enseignants du privé sont sans salaires depuis 3 mois et les écoles sans ressources financières.

«Imaginons un seul instant, des enseignants du public spoliés d’une seule mensualité.

Le fond de résilience, une ingéniosité du Président de la République, destiné aux écoles privées reste encore hypothétique et les propos dilatoires du ministre de l’Education ne rassurent point », a clamé l’enseignant.

Les établissements privés ont presque connu le même sort car jusqu’ici, l’Etat qui leur doit toujours des milliards répugne à les payer. Conséquences, beaucoup d’étudiants sont dans la rue par la faute de la toute puissance publique .

C’est dire que l’Etat ne fait rien pour aider l’enseignement privé en fonction de ce que la Loi requiert. C’est parce qu’il aura largement échoué sur le plan de l’éducation nationale.

Assane SEYE-Senegal7

 

 

 

Show Comments (1)