Ramenant la libération de Khalifa à son «simple désir» : Et Macky oublia la volonté divine

0

La déclaration du président Macky Sall crée la polémique. Même, dans les rangs de ses propres souteneurs. C’est le cas de l’ancien ministre libéral, Aliou Sow, allié à Bby. Au même titre que certains citoyens épris de paix, Aliou Sow ne veut pas être privé de son ton de parole. Comme c’est d’ailleurs le cas avec une bonne horde de souteneurs du chef de l’Etat qui ne piquent jamais mot, au risque de recevoir les foudres du «maitre».

«Le jour où j’en aurai la volonté ou le désir, je le ferai », a déclaré Macky Sall sur la grâce présidentielle à Khalifa Sall. Le chef de a oublié que c’est par la volonté divine que Khalifa Sall est toujours en prison. Ce, comme le révèle toujours le prêcheur Iran Ndao à Sen Rv.

La volonté divine…

Interviewé par RFI en marge du sommet du G7 à Biaritz, en France, Macky Sall a remis les pendules à l’heure sur la grâce tant annoncée de Khalifa Sall.
«D’abord, la décrispation ne saurait être réduite à une dimension de grâce. La grâce est un pouvoir constitutionnel du président de la République. Ça ne dépend que de lui, et de lui tout seul, et de son appréciation. Donc je ne peux pas discuter de ce que dit la presse par rapport à la grâce. Le jour où j’en aurai la volonté ou le désir, je le ferai comme j’ai eu à le faire. Annuellement, plus de cent personnes, voire un millier de personnes par an en moyenne bénéficient de la grâce. Justement, nous voulons revoir notre système pénal pour réduire le nombre de personnes en prison dans ce cadre-là», a répondu Macky Sall.
Cependant, le chef de l’Etat semble ignorer que «c’est par la volonté divine que Khalifa Sall reste toujours en prison». Cela, le prêcheur Iran Ndao ne cesse de le préciser dans ses émissions.
Priant toujours Dieu pour que Khalifa Ababacar Sall sorte de prison, il ne manque pas du reste à préciser que «nul ne peut échapper à son destin. Et que c’est Dieu qui a décidé que Khalifa Sall va séjourner en prison et c’est le Tout Puissant aussi qui décidera le jour qu’il voudra pour que l’ex-maire de Dakar hume l’air pur de la liberté».
Des prêches en déphasages avec la volonté du chef de l’Etat, Macky Sall.

Le désaccord d’Aliou Sow

Il n’a pas manqué de fustiger la déclaration du président de la République sur Rfi, soutenant que la libération de Khalifa Sall ne dépend que de son «seul désir». Ancien compagnon au Pds et allié à Bby, Aliou Sow, a fustigé la déclaration du président de la République sur Rfi.
Sur la Rfm, Aliou Sow a estimé que «le président de la République devait plutôt rappeler les fondements juridiques et constitutionnels du pays pour justifier sa position dans ce dossier, lorsque qu’il a été interrogé sur la libération de Khalifa Sall par la RFI, en marge du sommet du G7, à Biarritz. Mais ramener la libération de Khalifa Sall à son «simple désir» est maladroit et antidémocratique », a-t-il soutenu.
Toujours selon l’ancien ministre de la Jeunesse, «une telle déclaration ne fait que donner des arguments à ses détracteurs et créer une polémique inutile.

«Compromis, chantage et supercherie»

Les propos du chef de l’Etat n’ont pas laissé de marbre le lieutenant de l’ex-maire de Dakar. Barthélemy Dias. En guise de riposte le maire de Mermoz Sacré-coeur invite, via sa page facebook, les opposants à claquer la porte du dialogue.
« J’invite encore ceux qui croient en l’État de droit, à quitter la table du dialogue politique pour dénoncer cette vulgaire agression contre la liberté et la démocratie », dit-il. Barthélemy Dias a également réitéré la décision de Khalifa Sall de ne céder à aucun compromis, « on a refusé. On refuse… On refusera… Le compromis, le chantage et la supercherie », a-t-il clamé.
SENEGAL7

Leave a comment