Récurrence des putschs militaires en Afrique : L’histoire se répète !

0

Trois présidents  de la République  démocratiquement élus ont été destitués au cours de ces derniers mois. Il s’agit du président IBK du Mali,Alpha Condé  de la Guinée et Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso.

On leur reprocherait de mauvaise gouvernance mais le hic est que ceux qui les épinglent n’ont aucune notion de la démocratie et leur boulimie du pouvoir les pousse à se transformer en « messie » pour sauver des peuples désespérés et aveuglés par des pouvoirs publics incapables de les sortir de l’ornière.

Ce qui signifie en clair que l’on est sur le point d’enterrer le vent de démocratisation qui soufflait en Afrique depuis plusieurs décennies pour laisser place encore aux coups d’état qui avaient jadis miné l’Afrique après les indépendances.

En effet, cette vague de coups d’État militaires a commencé au Mali en août 2020. Après des mois de manifestations populaires initiées par le M5-RFP, un groupe de 5 colonels conduit par l’actuel président de la Transition au Mali, le colonel Assimi Goïta a renversé le régime IBK.

La CEDEAO a vivement répliqué à cette prise de pouvoir par les militaires en suspendant le Mali de toutes les instances sous-régionales. Pour la première, les exigences de la CEDEAO, à savoir un président et un premier ministre civils, ont été respectées par la désignation de Bah N’daw comme président de la Transition et de Moctar Ouane comme premier ministre.

Si le colonel Goïta a accepté de transférer le pouvoir après le renversement du président IBK, il s’est assumé en se maintenant au pouvoir après le putsch contre Bah N’daw. Les populations maliennes, victimes de la mauvaise gouvernance sous le régime IBK, ont exprimé leur soutien indéfectible aux officiers. La CEDEAO a, là aussi, fini de valider la présidence du colonel Assimi Goïta tout en exigeant le respect de la durée de la transition.

Pendant que l’organisation sous régionale n’a pas fini de gérer la situation du Mali, Alpha Condé de la Guinée a été, lui aussi, renversé par un coup d’État militaire conduit par le colonel Mamadi Doumbouya. Là aussi, la CEDEAO a pris ses marteaux de sanctions contre la Guinée du colonel Doumbouya qui a été suspendue des organisations comme le Mali. Mais ces sanctions ont poussé les populations à soutenir les militaires au pouvoir pour la réussite de la transition.

Pendant que la CEDEAO prenait des sanctions contre le Mali et la Guinée, les burkinabés ont commencé à demander constamment la démission de leur président. Les récentes sanctions économiques et financières contre le Mali et les multiples attaques terroristes dans le pays ont causé la mutinerie des militaires qui ont renversé le président Roch Marc Christian Kaboré.

Même si l’incertitude règne au moment où nous mettions cette information sous presse, les mutins ont atteint un point de non-retour. La télévision nationale, des institutions de la République sont contrôlés par les mutins. Le président, certainement en sécurité comme le disent plusieurs sources, a appelé au dialogue.

Aujourd’hui,le vent de démocratisation qui avait jadis soufflé  en Afrique est prestement remplacé par une sorte de démocratisation à la baïonnette. Car,il faut l’avouer ,les militaires n’ont  apparemment aucune culture démocratique encore moins politique. Ils ne connaissent que le métier des armes .Point barre

.Il ya lieu même de se demander s’ils ne sont pas instrumentalisés par certaines puissances étrangères .De toute évidence, le retour des coups d’état militaires  est de mise et si l’on n’y prend pas garde,c’est toute la région Ouest-africaine qui sera affectée par ces putschs dont les véritables motivations sembleraient obéir à une logique d’exploitation de nos ressources diversifiées par  des puissances étrangères.

Et en lieu et place de lutter contre la mauvaise gouvernance, les militaires putschistes entretiennent une démocratisation tronquée qui ne repose sur aucun critère objectif. Tout cela ne fera que rajouter à la misère des peuples africains désespérés. L’histoire se répète mais cette fois-ci dans le mauvais sens !

 

Assane SEYE-Senegal7

 

Leave a comment