L'Actualité en Temps Réel

Refus de signer la Charte de non-violence: Ousmane Sonko persiste et signe!

0

Le leader du parti Pastef s’est voulu clair. Des l’entame de son propos, il a choisi sa cible. Ousmane Sonko écarte ainsi tous ceux qui sont dans des clivages partisans. Préférant parler au peuple Sénégalais de tous les secteurs socio-professionnels.


D’émblée Ousmane Sonko a dressé une litanie de difficultés depuis l’obtention du récépissé du parti Pastef. Il note d’abord l’épisode de sa radiation « sans raison » de la fonction publique, en 2016. Tout comme l’histoire atroce de Mariama Sagna militante du Pastef tuée, le 06 octobre 2018, à Keur Massar après un meeting du parti. Ousmane Sonko a aussi évoqué le cas du policier venu récupérer des fiches de parrainage à son domicile familial à Ziguinchor à quelques encablures de la présidentielle de 2019. Il ne pouvait pas de parler des émeutes de mars dernier suite aux accusations de vi0ls répétés contre sa personne par la masseuse Adji Sarr. Macky Sall est le seul responsable de ces violences dira l’ancien inspecteur des impôts. Voilà, entre autres évènements que le leader de Pastef a qualifié de violences. Non sans préciser que personne n’a jamais entendu , Macky Sall condamné la violence dit-il. Pire, il est le président le plus violent de l’histoire du pays.

« Dans ce pays, il n’ ya pas de justice. Qu’est ce qu’est devenue la CREI. J’avais très tôt alerté sur cette parodie de justice. Qui protège ceux qui vampirent les deniers publics. Ce n’est pas une violence ça » se demande le leader de Pastef. l’injustice est la première source de violence a laissé entendre Ousmane Sonko. Qui égratigne le nouveau procureur de la république , Amady Diouf ,qui selon lui ,a classé sa suite le dossier sur l’affaire des 94 milliards sans fondement. Il n’est pas l’homme de la situation  peste-t-il. Quant au tout nouveau Doyen des Juges , il en a eu pour son grade .Oumar Maham Diallo ne bénéficie pas de garantie d’impartialialité, selon, Ousmane Sonko.

Concernant la Charte de la non-violence, le Pastefien chef, dit nourrir beaucoup de respects pour les initiateurs. Cependant s’interroge -t-il ou étaient-ils lorsque Macky Sall à Diamniadio a voulu remuer le couteau dans la plaie à la suite des évènements de mars. Le leader de Pastef veut avoir la garantie des initiateurs de dire au Président Sall ,la vérité si ce dernier aurait failli.

En un mot comme en mille ,Ousmane Sonko campe sur sa position. De son propre avis, la solution ne réside pas dans la signature d’une Charte de non-violence. Cela d’autant plus que la constitution et les lois de ce pays réglementent la question de la violence. Nous ne voulons pas que l’on nous enferme. « J’ai dit et je le réitère , je ne signerai aucune charte de non-violence » a rappelé Ousmane Sonko. Il demande aux initiateurs de celle-ci  de recommander à Macky Sall d’arrêter d’exercer la violence sur les citoyens.

Diaraf DIOUF Senegal7

laissez un commentaire