Accueil Actualités Relations entre Ahmeth Khalifa Niasse et les Oustaz : « Je...

Relations entre Ahmeth Khalifa Niasse et les Oustaz : « Je t’aime moi non plus ! »

Ahmeth

L’oxygène est à la respiration ce que l’humilité est à la connaissance. Les relations toujours exécrables entre Ahmeth Khalifa Niasse et les Oustaz vont de mal en pis en raison des prises de position radicales de Docteur qui ne peut et  ne veut s’accommoder des Oustaz qu’il présente souvent comme des   « usurpateurs ». Des gens sans connaissance et qui s’évertuent à théoriser ce que l’islam n’a jamais édicté. Pourtant, le Sénégal regorge d’universitaires qu’on ne voit nulle part polémiquer sur des querelles de préséance comme c’est le cas.

Notre piste de réflexion s’ouvre délibérément  sur une maxime qui en dit long sur la notion de connaissance toute relative.

« La seule véritable source du bonheur, c’est un esprit dont on a le contrôle.

»La question aujourd’hui est de se demander si Docteur Ahmeth Khalifa Niasse que nous respectons beaucoup, a le contrôle de la prégnance islamique dont il fait montre ?

A l’évidence, nul ne peut contester ses connaissances de la jurisprudence Islamique. Mais le comble, c’est qu’il en use de manière à faire croire qu’il en est le seul détenteur.

En effet sur les plateaux de télévision, il n’hésite pas à humilier des Oustaz allant jusqu’à les pousser dans leur dernier  retranchement .

Une attitude qui agace beaucoup de nos compatriotes qui considèrent qu’il pouvait bien les ménager et  les respecter. Ce qui n’enlèverait en rien l’estime  qu’il a de tous.

Nul ne lui dénie cependant sa prétention à recadrer qui que ce soit pour le respect des percepts de l’islam et des prêches qui en découlent.

Mais la polémique qu’il ne cesse d’entretenir étonne plus d’un et amène à penser qu’il tire sa passion des  débats polémiques qu’il suscite à  chaque fois qu’il fait face à des Oustaz.

Des prêcheurs qui, il faut le reconnaitre, abattent un travail extraordinaire.

Leur relation « je t’aime moi non plus » en est arrivée à un point de non-retour. Que d’universitaires humbles, circonspects et  à la pédagogie exemplaire sous nos cieux.

Mais jamais, ils n’ont en bandoulière cette curieuse façon de rabaisser l’humain à la face du monde pour des questions de   préséance.

Dans cette affaire, les Sénégalais et les fidèles musulmans n’ont que leurs yeux et leurs oreilles pour apprécier cette adversité dont on est encore loin de l’épilogue.

Assane SEYE-Senegal7