Reprise prochaine des cours : L’hivernage pose son «droit de veto»  

1

La première reprise avortée, la deuxième est partie pour connaître le même sort. Car, il faut atteindre que les enseignants testés positifs retrouvent leur santé. Ce qui peut aller jusqu’à plus d’un mois. Et cette période va inéluctablement coïncidée avec l’hivernage dans les parties méridionales et orientales du Sénégal où des pluies diluviennes sont attendues entre juin, juillet et août chaque année.   

 Une année scolaire hypothéquée

Le constat est évident. Le Gouvernement du Sénégal a fait preuve d’une vraie déliquescence dans la gestion de la pandémie du covid-19.

Notamment en ce qui concerne la reprise des cours dans les établissements scolaires.

Les acteurs de l’éducation, précisément les syndicalistes avaient indiqué que le moment ne scié guerre pour la reprise des cours sur toute l’étendue du territoire nationale.

Mais, ils n’ont pas été écoutés. Le régime en place voulait à tout prix éviter une année blanche au point de sacrifier par une maladie deux générations, celle des enseignants et celle des élèves et étudiants.

Cependant, le gouverneur de Ziguinchor a sauvé ce qui était parti comme l’irréparable.

Car, lorsque les bus en provenance de Dakar sont arrivés à Ziguinchor, avec à bord des enseignants, il a exigé que des tests soient faits sur eux.

Ce qui a été à l’origine de la détection de 10 cas positifs de la covid-19.

Pourtant, tout au début, les syndicalistes dont Saourou Séne, mis au parfum de cette attitude ont vite fait de parler de stigmatisation.

«Droit de veto…»

La reprise des classes semble compromise. Dans la partie méridionale et orientale du pays, l’on voit mal comment les cours peuvent être bien dispensés et suivis.

Dans les régions de Ziguinchor, Kolda et Sédhiou, sans oublier celle de Kédougou, l’hivernage va sans nul doute constituer un frein à la reprise des cours.

Du fait qu’à partir de juin, juillet et août, les pluies diluviennes arrosent ces régions.

A Ziguinchor et à Kédoudou, il arrive que les pluies se suivent sans arrêt pendant une semaine.

Et sus, l’Anacim annonce que cette année sera beaucoup plus pluvieuse.

Qui vivra verra !

Pape Alassane Mboup-Senegal7
Show Comments (1)