L'Actualité en Temps Réel

Retrouvailles entre Tanor et Khalifa : Même les djinns n’y croient pas

1

Il ne faut jamais dire jamais en politique. Mais, devant certaines situations, où des citoyens ont été sacrifiés sous l’autel d’intérêts crypto personnels, le point de non retour reste la solution définitive. Comme la brouille entre Ousmane Tanor Dieng et Khalifa Sall. Eût égard aux déboires subis par l’ex-maire de Dakar, de son emprisonnement à son exclusion du Ps, ses proches ont accusé Tanor Dieng d’être à l’origine de son incarcération. Barthélémy Dias avait lancé : «tôt ou tard, ceux qui nous ont mis en prison Khalifa Sall et moi répondront de leurs actes…». Ainsi, mêmes les partisans de ce rapprochement ne semblent pas croire à des retrouvailles de la famille socialiste. Même les djinns qui ont «participé à la réélection» de Macky Sall n’y croient guerre.

Complot politique…
Les proches de Khalifa Sall ont toujours cru que l’emprisonnement de leur leader n’est rien d’autre qu’un complot politique. «C’est un complot politique pour empêcher Khalifa Sall de se présenter à la présidentielle du 24 février 2019», disent-ils.

Ce qui a fait dire à ses avocats que : «la Cour suprême a réservé un délai de traitement de 9 à 12 mois pour certaines affaires, alors que l’affaire Khalifa Sall a été enrôlée dans un délai de trois mois. Dans l’affaire Khalifa Sall, il y a un traitement spécial. En tant qu’acteurs de la justice, nous estimons que le calendrier d’un procès ne peut être adossé à quelque calendrier que ce soit. Y compris le calendrier politique. Il est vrai qu’aujourd’hui, on ne peut pas dissocier l’affaire Khalifa Sall des élections de 2019».

Il est également reproché à Khalifa Sall de n’avoir pas suivi Ousmane Tanor Dieng qui a vendu le parti socialiste à l’Apr pour des «strapontins du Haut conseil des collectivités territoriales et d’être un farouche challenger du président sortant et candidat à sa propre succession».

…Tanor se lave à grande eau

Ousmane Tanor Dieng se veut clair. Pour le collaborateur du Président Macky Sall à l’élection présidentielle de 2019, il n’est mêlé ni de près ni de loin à l’emprisonnement de son ancien bras droit, Khalifa Sall.

«Je n’en ai rien à voir là-dans, je n’y suis pour rien et le Parti socialiste aussi. C’est une affaire banale de gestion. La justice est en train de faire son travail. La cour d’appel va se prononcer(…) », a tenu à préciser Ousmane Tanor Dieng.

Par rapport à la candidature de Khalifa Ababacar Sall, à la dernière présidentielle, Tanor avait déclaré que «ce n’est pas son affaire». Mais, plutôt «l’affaire de ceux qui sont avec lui».

…Les cas Barthélemy Dias et Bamba Fall

Les retrouvailles de la famille socialiste, ne se fera pas sans Barthélemy Dias et Bamba Fall. Tous deux, lieutenants de Khalifa Sall et ont également été emprisonnés du fait de leur «proximité» dit-on avec Khalifa Sall.

En ce sens, le maire de Mermoz/Sacré-Cœur avait confié les mois derniers à ceux qui étaient venus lui rendre visite en prison que «c’est Ousmane Tanor Dieng qui est à l’origine de son incarcération». Car, explique-t-il, «ce dernier a fait croire à Macky Sall qu’il est le plan B de Khalifa Sall et qu’il ferait très mal si jamais il était libre de ses mouvements».

Se faisant dans la menace, Barthélémy Dias avait lancé : «Tôt ou tard ceux qui nous ont mis en prison Khalifa Sall et moi répondront de leurs actes».

Bamba Fall de sa part, est en effet soupçonné d’avoir été l’instigateur occulte d’une interpellation musclée d’Ousmane Tanor Dieng et de ses proches, en mars 2016, par des militants hostiles à leur allégeance au chef de l’État. Ce qui lui a valu un séjour en prison.

Des obstacles aux retrouvailles…

Alors que le procès de Khalifa Sall allait s’ouvrir le 3 janvier 2018, à Dakar, le député et maire de la capitale a été exclu du parti socialiste, où il militait depuis l’adolescence, ainsi que 64 autres dissidents hostiles à une alliance avec Macky Sall.

L’issue était prévisible, le bureau politique du Parti socialiste (PS) avait écrit l’épilogue de la saga fratricide qui agite depuis plus de trois ans au Ps, en prononçant l’exclusion de 65 camarades considérés comme des dissidents.

Au premier rang de ces bannis, le député et maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, la députée et maire de Podor (Nord), Aïssata Tall Sall, et les maires de deux communes d’arrondissement de la capitale : Bamba Fall (Médina) et Barthélémy Dias (Mermoz-Sacré-Cœur). Si certains sont accusés de violence lors d’une bagarre à la maison du parti, certains sont accusés de délits d’indiscipline et de défiance.

Sous l’égide d’Ousmane Tanor Dieng, le bureau politique du Ps a réaffirmé récemment son alliance sans faille avec le parti présidentiel, l’Alliance pour la République (APR), au sein de la coalition gouvernementale Benno Bokk Yakaar (BBY). Une stratégie maintes fois réaffirmée par la direction du parti. Cela constituer également un blocage à la retrouvaille de la famille socialiste, car Khalifa Sall et ses lieutenants ont toujours rejeté cette donne.
senegal7

Afficher les commentaires(1)