Accueil Actualités Révision exceptionnelle, mise en place des commissions : L’inévitable report des Locales...

Révision exceptionnelle, mise en place des commissions : L’inévitable report des Locales !

Que l’opposition se le tienne pour dit. Car, mathématiquement, à six mois de décembre, les élections locales ne peuvent pas se tenir à la date prévue. Ainsi, sauf miracle, le calendrier électoral ne peut pas être respecté. Parce qu’il faut une révision exceptionnelle des listes électorales et la consolidation des listes administratives. Deux étapes pas des moindres pour la tenue d’élections libres et transparentes. Pis, au moment où l’opposition -significative- ne rumine toujours pas sa défaite au point de perdre tout repère, le pouvoir quand à lui est préoccupé par le tenue du dialogue politique.

La révision exceptionnelle des listes électorales…

Rien qui montre que le Sénégal est déterminé à aller vers des échéances électorales. Pourtant, sur la route de ces locales, ils sont nombreux les obstacles se dressant devant les pouvoirs publics. En effet, préviennent quelques spécialistes joints par le journal «EnQuête». Ils laissent entendre qu’il ne faut pas trop se focaliser sur l’échéance de décembre.

«Les différents candidats devront déposer leurs listes bien avant cette date. La loi fixe ce dépôt au plus tard à 80 jours de l’élection et au plus tôt à 85 jours. Autrement dit : entre le 8 et le 13 septembre prochain, si l’on sait que la date des élections est fixée au 1er décembre 2019. Auparavant, il va falloir obligatoirement procéder à la révision exceptionnelle des listes électorales, comme c’est prévu par la loi 2017-12 du 18 janvier 2017 portant Code électoral», écrit nos confrères.

A les en croire : «le dernier alinéa de l’article 39 dudit code dispose, en effet, que : «avant chaque élection générale, une révision exceptionnelle est décidée par décret. Toutefois, elle peut être décidée dans la même forme, en cas d’élection anticipée ou de référendum. Cette exigence, non seulement, n’est pas encore respectée, mais aussi le gouvernement n’en parle même pas. Et pourtant, c’est loin d’être une chose simple. Il faudra, en effet, pour ce faire, créer les commissions administratives composées d’un président et d’un suppléant désignés par les préfets ou sous-préfets, du maire ou de son représentant, ainsi que des représentants de chaque parti politique».

Consolidation des listes…

Une autre étape. L’enrôlement des électeurs, l’établissement des listes, l’ouverture d’une période contentieuse, avant de passer à l’étape de la consolidation des listes. Aujourd’hui, tout cela n’est pas acquis. Devant des quiproquos entre le pourvoir et l’opposition, tout cela ne semble pas être la préoccupation des uns et des autres. Notamment l’opposition dite la plus significative qui ne digère toujours pas la défaite de la présidentielle. Elle se camp toujours dans sa position de refuser d’aller dialoguer avec le pourvoir alors que le temps presse.

Quand aux tenants du pouvoir, ils ne sont préoccupés que par le dialogue politique et national.
senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici