Accueil Actualités Scrutin présidentiel en Guinée, demain : Le Dimanche de tous les dangers

Scrutin présidentiel en Guinée, demain : Le Dimanche de tous les dangers

Les Guinéens sont appelés au urnes demain dimanche 18 octobre 2020 pour élire leur prochain président de la République. En effet ce pays dénommé « un mendiant assis sur des mines d’or » va devoir voter ce dimanche pour élire un président de la République. Onze candidats sont en lice dont le président sortant et son principal opposant, Cellou Dalein Diallo. Seulement à la veille de ce scrutin à haut risque, les tensions restent vives  et un camp militaire a été attaqué par des assaillants non identifiés. Ce scrutin risque si l’on n’y prend pas garde d’embraser l’Afrique Subsaharienne car le vote est toujours ethnique et les camps aiguisent leurs stratégies pour se prémunir de toute éventualité.

« Nous n’allons pas à une élection, nous allons à la guerre », a lâché le président Alpha Condé après son meeting  qui boucle  sa campagne électorale, ce vendredi au stade du 28 septembre à Conakry en Guinée.

Candidat pour un troisième mandat après l’adoption controversée d’une nouvelle Constitution,le président sortant fait figure de challenger de la présidentielle. Face à lui, onze concurrents, dont son principal opposant Cellou Dalein Diallo.

Tout semblait prêt mais à la veille du scrutin, certains membres de la Commission nationale électorale indépendante (Céni) ont décidé de sortir de leur réserve pour dénoncer des manquements dans le processus électoral.

Outre Alpha Condé et Cellou Dalein, des poids lourds se signalent aussi  au sein du landerneau politique national. Il s’agit vraisemblablement de Ousmane Kaba qui chasse sur les mêmes terres qu’Alpha Condé – et ces dernières années, son parti a fait d’énormes progrès dans le cadre de son implantation dans la région.

Abdoul Kabélé Camara, ancien bâtonnier et plusieurs fois ministre, est originaire de Coyah, dans la périphérie de Conakry. Il y a aussi Abdoulaye Abé Sylla, qui en est à son second essai. Les deux dames, Makalé Sylla et Makalé Traoré, toutes deux anciennes ministres, sont dans la course.

Les cinq autres – Moro Mandjouf Sidibé de l’AFC, Bouya Konaté de l’UDIR, Laye Souleymane Diallo du PLP,  Edouard Zoutomou Kpoghomou de l’UDRP et Ousmane Doré du MND – sont tous des novices. Mais le  dilemme majeur dont fait face la Guinée, c’est le sempiternel problème ethnique.

Le principal parti politique, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) du président Alpha Condé, est soutenu par l’ethnie malinké, tandis que l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), le parti du principal leader de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, est étroitement associée à la communauté peule.

Les Peuls constituent l’ethnie dominante en Guinée, suivis des Malinkés et des Soussous. Mais le, problème, c’est que les malinkes au pouvoir font tout pour que les peuls ne président jamais aux destinées du pays. Ce qui est source  de conflits récurrentes entre  communautés.

La Guinée qui a connu plusieurs décennies durant de régimes dictatoriaux fait face aujourd’hui  à un Alpha Condé qui ne semble pas mesurer la gravité de l’heure, et l’urgence de tourner le pays dans la démocratie, afin que le problème ethnique souvent agité comme armes politiques pour diviser les citoyens, puissent être résolu  pour de bon.

Demain dimanche, le scrutin présidentiel risque de se dérouler  sur des braises ardentes, notamment la  déclaration surprise signée par quatre commissaires du Ceni jette de l’huile sur le feu. Ils énumèrent sur cinq pages des manquements et violations présumées du code électoral.

Les partis ne disposeront que d’un PV par bureau, charge à eux de le photocopier. Mais ils ont interdiction de le prendre en photo. Les fiches de résultats n’ont toujours pas de valeur juridique.

Bref, les partis politiques ne disposeraient selon eux d’aucun élément de preuve s’ils veulent contester juridiquement certains résultats. Ce qui augure d’une présidentielle à haut risques compte tenu de tous ces facteurs bloquants qui minent d’avance cette échéance électorale. !

Assane SEYE-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici