Accueil Politique Secteur de l’électricité: la République des Valeurs mouille encore Samuel Sarr

Secteur de l’électricité: la République des Valeurs mouille encore Samuel Sarr

La République des Valeur (RV) revient avec des révélations fracassantes sur la gestion du secteur de l’électricité. Dans un communiqué publié sur Facebook les camarades de Thierno Alassane Sall sont revenus  « sur les dessous d’un projet de centrale à gaz de 300 MW ».

Selon les cadres de la RV cette « alerte a donc touché les intérêts d’une poignée de flibustiers de la finance et des affaires scabreuses ».

Revenant sur cette affaire, les camarades de Thierno Alassane Sall rappelle : « Le 03 Octobre, 2020, la Senelec signe un contrat de construction d’une centrale électrique à gaz de 300 MW avec un consortium d’investisseurs nationaux qui a à sa tête Samuel Sarr, ancien Ministre de l’énergie sous Abdoulaye Wade, ancien Wadiste éternel et éternel abonné aux deals opaques. Ce contrat n’a pas fait l’objet d’un appel d’offres et a été conclu par entente directe. Les termes de ce contrat, les motifs et conditions de sa signature sont totalement opaques ».

Selon eux « ce contrat n’a pas fait l’objet d’un appel d’offres et a été conclu par entente directe. Les termes de ce contrat, les motifs et conditions de sa signature sont totalement opaques. Une des dispositions contractuelles centrales, le prix de vente de l’électricité produite par la centrale à la Senelec, n’a pas été rendu public. »

 » En neuf ans au pouvoir, le régime de Macky Sall a fini d’installer la culture de rente au cœur de la gestion des affaires publiques. Après sa gestion désastreuse de nos ressources pétrolières et gazières, le Président Sall, veut désormais inviter une partie du « secteur privé » national au partage du “gâteau” sous le couvert de la loi sur le contenu local » ajoute-t-ils dans leur communiqué.

Ils révèlent également que « les zones d’ombre sur le contrat SENELEC-West Africa Energy sont si nombreuses et sérieuses qu’une transparence totale est nécessaire pour édifier les citoyens sénégalais et les partenaires techniques et financiers du Sénégal. Il s’agit de faire la lumière sur les conditions et termes du contrat afin d’établir les coûts et les bénéfices techniques et financiers réels de ce partenariat pour la SENELEC et les sénégalais ».

                                                   Mouhamadou Sissoko-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici