Si j’étais Amadou Hott : «J’allais rester à la BAD»

2

Le dorénavant ex-vice-président de la BAD en charge de l’énergie, du climat et de la croissance verte depuis 2016 prend donc la suite d’Amadou Ba au département des Finances dans le gouvernement issu de la Présidentielle de 2019. Cependant, si j’étais Amadou Hott, «j’allais rester à la Banque Africaine de Développement (Bad). Car, la vie politique n’est jamais un long fleuve facile, elle est faite de vicissitudes, d’avatars et souvent de déceptions.

Le cas Mimi Touré

Fonctionnaire international, elle avait tout laissé ailleurs pour venir servir son pays dans en acceptant d’entrer dans un gouvernement. Mais, que de déceptions après. Elle a été évincée du Gouvernement et laissée à elle même. Puis, elle s’était emmurée dans un long silence depuis sa non-investiture sur les listes électorales lors des dernières élections législatives, même si elle voue toujours fidélité à son mentor.

Même avec très active au sein de l’Alliance pour la république, assistant à toutes les réunions et apportant la réplique à tous ceux qui s’attaquent au chef de l’Etat, Macky Sall, Mimi Touré a connu une descente aux enfers.

Et c’est lors du Secrétariat exécutif national, l’organe dirigeant de l’Alliance pour la République (Apr), que le Président Sall a annoncé sa nomination au poste «d’envoyée spéciale» du Président de la République. Il lui revient dés lors d’effectuer ainsi toutes les missions que Macky Sall lui confiera, tant au niveau national qu’international. Alors qu’il fut tout puissant ministre de la Justice, Garde des Sceaux avant d’atterrir à la primature.

Ce qui montre que la vie politique n’est jamais un long fleuve facile, elle est faite de vicissitudes, d’avatars, de déceptions, mais elle est toujours porteuse de lendemains meilleurs pour ceux qui s’engagent ….

… Hott

Ce spécialiste de la finance internationale de 47 ans étrenne le tout nouveau ministère sénégalais de l’Économie, du Plan et de la Coopération. Il devra mettre en musique la stratégie économique de Macky Sall dans le cadre de l’étape II du PSE.

Banquier d’affaires réputé, capitalisant plus d’une vingtaine d’années d’expérience à travers les marchés financiers du continent, d’Europe, des États-Unis et du Moyen-Orient, Amadou Hott arrive dans un contexte économique marqué par la mise en œuvre de la phase 2 du Plan Sénégal émergent (PSE) et la consolidation d’un régime de croissance plutôt intéressant ces dernières années, avec une moyenne annuelle de 6 %.

Si j’étais Amadou Hott…

Hott aura le lourd challenge à faire en sorte qu’il y ait plus d’investissements privés, de croissance et d’inclusion sociale, d’offres de production, et surtout d’emplois, tout en poursuivant la réforme de l’environnement des affaires…

Autant de défis pas du tout facile à révéler dans un contexte de suppression du poste de Premier ministre. Car, Amadou Hott pour ne pas beaucoup le dire, subira de fortes pressions vis-à-vis du chef de l’Etat. Qui veut aller trop vite dans le cadre de son deuxième mandat pour la satisfaction dit-il des aspirations des populations.

Pour ne pas suivre les traces de Mimi Touré, si j’étais Amadou Hott, j’allais rester dans les milieux des finances à l’international au lieu d’entrer dans un gouvernement. Où dés fois, tout est éphémère.
senegal7

Show Comments (2)