Accueil Actualités Silence coupable de la classe politique sur la pénurie d’eau : Qui...

Silence coupable de la classe politique sur la pénurie d’eau : Qui protège la SDE ?

SONY DSC

C’est une lapalissade de dire que la Sde a bon dos au Sénégal. Avec la pénurie persistance de l’eau dans beaucoup de quartiers de Dakar, avec ce que cela engendre comme désagréments, nos hommes politiques, ni le pouvoir au plus haut niveau, encore moins l’opposition prêt toujours à sauter sur le moindre manquement des tenants du pouvoir, n’ont daigné piper mot. Tous, préoccupés par les élections législatives, sont restés muets comme des carpes. Laissant les pauvres populations sur leur triste sort. Chose jugée inacceptable.

Qui protège la Sde ?

La classe politique Sénégalaise est coupable par son silence sur la pénurie d’eau qui a fini d’indisposer plus d’un. Les enfants, les pères et mères de familles se promènent comme pas possible à la recherche du liquide précieux.

La question est presque dans toutes les lèvres. Pourquoi a-t-on peur de la Sde ? cette société privée chargée de la distribution de l’eau (SDE)- filiale d’un consortium français Groupe Eranove, contrôlé par le fonds américain ECP- est devenue aux yeux des Sénégalais, une véritable montre.

Hormis les maisons, la situation est également catastrophique dans les structures de santé, où le liquide précieux se fait rare. Un manque qui, apparemment, peut mener à des situations tout aussi dramatiques.

La Sde fâche

La SDE, qui évoque un déficit structurel, demande un temps pour être résorbé. Une attente que les habitants de la banlieue dakaroise n’entendent pas d’une bonne oreille. Ils menacent de sortir dans les rues pour exprimer leur colère, car ne pouvant plus de ce calvaire.

Comme ce fut le cas à Bargny. Restées sans eau plus de deux semaines, les populations de cette localité, sont sorties dans les rues, pour dénoncer avec vigueur le manque d’eau.

Le retour du bâton

A quelques encablures des élections législatives, l’Etat qui semble ignoré la détresse des populations de la capitale sur cette question de l’eau, sera mis devant ses responsabilités, si une solution urgente n’est pas envisagée. La gravité de la situation peut sans nul doute amener des électeurs à sanctionner le pouvoir en place, le 30 juillet prochain. Massivité, elles peuvent voter contre la liste de Bennoo Bokk Yaakaar, au profit de l’opposition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici