Société : l’insoutenables drame des mères adolescentes

Les mères adolescentes du Sénégal, dont la tranche d’âge varie entre 11 et 14 ans ans vivent des situations insoutenables. Entre moqueries, stigmatisations et mise à l’écart, ces jeunes mamans croisent le fer pour prendre en charge leur bébé. Ayant des grossesses non-désirées, ces jeunes se sont confiées au quotidien l’observateur.

Vi0lée par son  »grand-père », elle tente de se suicider

Alima GAYE a été engrossée par le mari de sa grand-mère. Agée de 12 ans, élève en classe de CM2, elle se rendait tous les matins dans la chambre du vieux pour la balayer. C’est ainsi, qu’elle sera vi0lée à deux reprises par son  »grand-père ». De ces vi0ls, elle contracte une grossesse. Contrainte d’abandonner l’école pour mieux s’occuper de son enfant, Alima refuse de parler de sa vécue. C’est une de ses tantes qui revient sur ces moments particulièrement douloureux de sa nièce.

« Quand les œuvres du « grand-père » adoptif ont été découvertes, Alima n’avait qu’une seule envie : se suicider. Elle ne pouvait plus supporter les critiques acerbes que certains membres de notre famille lui décochaient. Certains l’accusaient méchamment d’avoir volé le mari de sa grand-mère(…) J’étais à ses cotés pour l’empêcher de commettre l’irréparable ».

Sa tante attend que l’enfant de sexe masculin ait un an pour que sa nièce reprenne le chemin de l’école. Son bourreau a été condamné à 10 ans ferme de prison.

Taxée de perverse, 14 ans, Oumy vit dans un bâtiment inachevé avec son enfant de 8 mois

Orpheline totale à ses 3 ans, Oumy CISSOKHO est moins chanceuse qu’Alima. Oumy et son bébé de 8 mois squattent un bâtiment inachevé. L’histoire de la jeune maman de 14 ans est plus que touchante. Vi0lée par le neveu du mari de sa tante qui avait sa garde après la mort de ses parents, Oumy face au refus de l’auteur de sa grossesse non-désirée, quittera la maison de sa tutrice.

Elle est traitée de fille de mœurs légères par son vi0leur qui, refuse en même temps la paternité de sa grossesse. Mais, elle n’était pas au bout de sa peine. « Les autres membres de la famille et les voisins du quartier m’ont traitée de tous les noms d’oiseaux. Ils m’ont taxée de fille perverse qui aime fricoter avec les garçons ».

Sujette à des railleries, Oumy est exfiltrée par sa tante la confie à une de ses voisines mendiante qui vit dans un bâtiment inachevé. C’est là où elle accueillera, à l’issue d’un accouchement difficile, son nouveau-né, avec le soutien financier de sa tante et son oncle.

Le regard fuyant et visiblement affectée par la situation elle avoue : « c’est difficile d’être une enfant et de s’occuper d’une autre enfant. Si ce n’était pas ma tutrice, je pense que j’aurai donné mon enfant à l’adoption. Je ne sais pas ce que je vais faire de ma vie. Avec ce bébé dans les bras, je ne peux pas retourner à l’école. Et les gens rechignent à m’engager comme femme de ménage dès qu’ils voient mon enfant. Il n’y a personne pour me le garder quand je dois travailler(…) Je suis totalement confuse » .

Fanta DIALLO BA-senegal7