Accueil Actualités Subordonné au bon vouloir du Président Sall : Le Ps va-t-il ...

Subordonné au bon vouloir du Président Sall : Le Ps va-t-il à vau-l’eau !

Aminata Mbengue Ndiaye

Le feuilleton continue au parti socialiste. Le décès du leader charismatique du parti socialiste, Ousmane Tanor Dieg n’a pas rendu la situation facile au parti fondé par Léopold Sédar Senghor. En effet, du fait que l’ancien Président du HCCT n’a pas désigné un successeur à son fauteuil, a mis aujourd’hui, le parti socialiste sens dessus dessous. Eût égard à la bataille de positionnement entre Aminata Mbengue Ndiaye, Secrétaire générale par intérim et le chargé des élections, Serigne Mbaye Thiam qui met fin à l’intérim et opte pour la désignation de celui qui doit prendre les rênes du parti.  Auparavant, des voix se sont élevées accusant la tête du parti de «brader l’indépendance» du Ps. Parce que clament-ils : «la stratégie d’alliance avec Macky Sall n’est pas bonne» Sur plus de 39 Ministères que compte le gouvernement, le PS n’en contrôle que deux.

«Tout intérim a une fin»

C’est la conviction du ministre Serigne Mbaye Thiam, secrétaire national en charge des élections du parti socialiste. Il élève la voix pour réclamer la désignation de celui qui doit prendre les rênes du parti, ce, après le rappel à Dieu d’Ousmane Tanor Dieng.

Selon le chargé des élections du Ps, le poste de Secrétaire général par intérim a une durée et que des renouvèllements s’imposent.

«Je pense que les renouvellements ne doivent pas être seulement des renouvellements pour dire qui va diriger le parti. Mais quel leadership collectif nous allons faire et aussi quel visage on va donner au Ps pour donner de l’espoir aux gens. Bon nombre de gens m’ont dit que les militants comptent sur moi pour diriger le parti», a déclaré Serigne Mbaye Thiam.

Excluant de parler de 2024,le Secrétaire national en charge des élections du parti socialiste affirme que les locales et les législatives les intéressent et après, ils parleront de 2024.

En clair, Serigne Mbaye Thiam veut ainsi mettre fin à l’intérim d’Aminata Mbengue Ndiaye, présidente du Hcct. Reste à savoir s’il obtiendra gain de cause ou si la dame de fer va  s’imposer par la représentativité comme Secrétaire général du parti socialiste.

«L’élection d’un nouveau SG, n’est pas mon agenda actuel»

Réponse du berger à la bergère. La Secrétaire générale par intérim du Parti socialiste (PS), Aminata Mbengue Ndiaye, a réagi sévèrement à la sortie de Serigne Mbaye Thiam, secrétaire national aux élections dudit parti, qui a annoncé sa candidature lors du prochain Congrès.

«Le PS n’a aucun problème. Actuellement, je suis le SG du parti. L’élection d’un nouveau SG, après le décès de Tanor Dieng, n’est pas mon agenda actuel. J’assure l’intérim et on en parlera le moment venu. Au Ps, nous avons un règlement intérieur et des statuts. Je ne peux pas être le responsable du parti politique et créer des polémiques autour de questions sans importance», a martelé la présidente du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT).

Fracture grandissante

Cette bataille de positionnement va sans nul doute, mettre le parti socialiste sens dessus dessous, donnant ainsi raison à tous ceux qui ont déclaré que le Ps, allié de l’Apr, parti au pouvoir est resté une coquille vide.

Car, au au-delà du bien fondé ou non de cette alliance, c’est désormais l’avenir du Ps qui se joue, après la disparition brutale d’Ousmane Tanor Dieng. Les opposants à Tanor avaient sonné l’alerte. Ils craignent qu’à trop suivre Macky Sall, leur formation finisse par être absorbée par la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar (BBY). Ils ne digèrent pas que leur parti, qui a dominé la vie politique sénégalaise pendant près d’un demi-siècle, sous Léopold Sédar Senghor puis Abdou Diouf, soit aujourd’hui cantonné au rôle d’allié du pouvoir.

Dans l’opposition de 2000 à 2012 et aujourd’hui subordonné au bon vouloir du chef de l’État, le Parti socialiste n’a plus remporté une élection seul depuis plus de vingt ans et voit ses scores électoraux fondre comme neige au soleil. Une longue période de disette qui pourrait s’étendre jusqu’en 2024.

Tant que des responsables de la trempe d’Aminata Mbengue Ndiaye sont dans les commandes, force et de constater que le Ps va à vau-l’eau. Pour ainsi perdre toute sa crédibilité.

Déjà l’histoire, donne raison à Khalifa Sall, Aissata Tall Sall, Barthélemy Dias, pour ne citer que ceux-là qui ont tourné le dos au Ps.

Ils accusent la tête du parti de «brader l’indépendance» du Ps : « La stratégie d’alliance avec Macky Sall n’est pas bonne, estime Babacar Thioye Ba, le directeur de cabinet adjoint de Khalifa Sall. Nous sommes l’un des plus grands partis du pays, et notre vocation a toujours été d’exercer le pouvoir. Or cette alliance ne nous le permet pas. Si nous continuons ainsi, nous risquons de disparaître ! ».

Car, en échange de ce soutien indéfectible au président Sall, les contreparties paraissent pour les contestataires bien maigres. Sur les 39 ministères que compte le gouvernement, le PS n’en contrôle que deux. Et il ne peut revendiquer plus de 15 des 125 députés que totalise la majorité présidentielle.

Pape Alassane Mboup-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici