Succession de Theresa May : Boris Johnson partant

0

Boris Johnson fait figure de grand favori pour succéder à Theresa May, qui a annoncé, vendredi, sa démission du poste de Première ministre. Selon les politologues Louise Thompson et Joseph Lacey, les jeux sont presque faits.

« Son principal atout est qu’il est de loin le plus connu des candidats à la succession de Theresa May », souligne Louise Thompson, politologue à l’université de Manchester, interrogée par France 24. Sa propension naturelle à occuper l’espace médiatique à grand renfort de  déclarations tonitruants et controversées lui a permis de marginaliser la concurrence. Pourtant elle existe. Le quotidien The Guardian a dénombré un dizaine de candidats déclarés, dont certains sont des poids lourds du parti conservateur, comme l’ex-ministre au Brexit, Dominic Raab, et l’actuel chef de la diplomatie, Jeremy Hunt. Pour parvenir à ses fins, Boris Johnson va devoir les dépasser tous à l’occasion d’un scrutin interne au parti conservateur que ses dirigeants espèrent pouvoir boucler « avant fin juillet »,note la BBC. . Et ce ne sera pas une promenade de santé pour le tonitruant favori. Le processus d’élection se déroule en deux phases : durant la première, tous les candidats plaident leur cause auprès des députés du parti qui, à l’occasion d’un scrutin à plusieurs tours, les éliminent les uns après les autres jusqu’à ce qu’il ne reste que deux prétendants. Les finalistes doivent ensuite se soumettre au vote de tous les membres du parti conservateur, des élus jusqu’aux militants inscrits. »Le plus dur pour Boris Johnson va être la première phase », assure Joseph Lacey, politologue à l’université de Dublin, interrogé par France 24. Le député est, en effet, loin de faire l’unanimité au sein du groupe parlementaire conservateur. « Certains députés n’aiment pas le caractère imprévisible du personnage et son côté polarisant », souligne Louise Thompson. Honni par la gauche, il fait aussi figure d’épouvantail pour une partie de la droite modérée à cause de ses déclarations les plus provocatrices, comme sa sortie au sujet des femmes en burqa comparées à des « boites aux lettres » . Les conservateurs les plus centristes lui reprochent aussi son manque de crédibilité sur la scène internationale. Son passage au ministère des Affaires étrangères (juillet 2016 à juillet 2018) a été marqué « par une absence d’accomplissement et une multitude de gaffes diplomatiques », rappelle Joseph Lacey. En 2017, il avait notamment comparé François Hollande à un garde de camp pendant la Deuxième guerre mondiale.

Assane SEYE-Senegal7

Leave a comment