Tabaski -Baux Maraichers : Les prix du transport augmentent du simple au double

1

L’approche de la fête de tabaski est symptomatique de l’augmentation du prix du transport au niveau des gares  routières.

L’Etat qui laisse faire incite les chauffeurs à réguler le prix du transport à leur avantage. Conséquence : certains étaient prêts à en découdre avec les chauffeurs. Ce qui a donné beaucoup de tensions.

« A  chaque approche de la fête, certains chauffeurs spéculent  pour augmenter les prix de transport. D’habitude, je payais 8000 francs pour me rendre  au  Fouta.

Aujourd’hui  (ndlr  :  Hier lundi), on  m’a fait comprendre que le billet coûte  10 000 F sans compter le supplément que je dois payer pour le transport de mes bagages.

C’est inadmissible ! Cela doit arrêter.  Il  faut  que  le  ministre  des  Transports fasse    entendre    raison    à  ces  chauffeurs.

Qu’il réglemente son secteur  », exhorte Ramata Ndiaye dans le journal Le Témoin, ne pouvant contenir sa colère. Au niveau des gares routières clandestines de bus « horaires », la situation est pire.

Les bus en partance pour Matam, Vélingara et Touba sont stationnés à la station d’essence de Diamaguène. Aucun respect des gestes barrières entre les clients.

Des voyageurs dont certains voulant faire voyager leurs moutons se bousculaient.

L’espace réservé à ces bus se révélait ainsi très exigu pour contenir le nombre fou des passagers aux alentours de la station d’essence.

Les prix sont passés de 7000 à 8000 F au niveau des bus en partance pour Matam.

Pour cette destination, on fait peu cas des mesures édictées par les autorités sanitaires. Certains passagers voyagent parfois sans masque.

Assane SEYE-Senegal7

 

 

 

Show Comments (1)