Accueil Actualités Tchad : Les opposants menacent d’appeler au soulèvement populaire

Tchad : Les opposants menacent d’appeler au soulèvement populaire

Coup d’État. Le mot est lâché par une trentaine de partis de l’opposition, réunis au lendemain de l’annonce de la mort d’Idriss Déby.

Participaient à cette rencontre des petits partis, mais aussi des poids lourds, tels que le parti de l’opposant Saleh Kebzabo, ou des Transformateurs.

Ils dénoncent un coup d’État, car, disent-ils, c’est le fils qui succède au père, l’un comme l’autre étant qui plus est des hauts gradés.

« Le rôle des militaires est d’assurer la sécurité aux frontières, pas de prendre le pouvoir », expliquait Mahamat Bichara, le porte-parole de cette coalition.

« Le Conseil militaire de transition n’est pas là pour confisquer le pouvoir » a tenté de rassurer son président, Mahamat Idriss Déby.

Mais cela ne suffit pas à convaincre les opposants qui menacent d’appeler les Tchadiens au soulèvement populaire.

Un coup d’État aussi, car l’Assemblée nationale et la Constitution sont dissoutes, tandis qu’un couvre-feu est instauré.

Il passe d’ailleurs de 18h à 20h dans le dernier communiqué du conseil militaire de transition, indique notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula.

L’opposition demande donc une transition civile et l’ouverture d’un dialogue inclusif. Elle craint que Mahamat Idriss Déby, le président du CMT, ne respecte pas la transition de 18 mois et que l’histoire se répète.

Assane SEYE-Senegal7