Accueil Actualités Tirs groupés sur Sonko

Tirs groupés sur Sonko

S’il n’est pas devenu l’homme à abattre, Sonko en a tout l’air. Depuis quelques jours, c’est le fusilleur fusillé pour ne pas dire l’arroseur arrosé. Il ne passe pas de jour sans qu’un responsable du pouvoir ne lui crache dessus. Aujourd’hui, c’est Moustapha Diakhaté qui revient à la charge.

«Les autorités judiciaires, les forces de défense et de sécurité ont mis la main sur les auteurs présumés de la mort de Mme Mariama Sagna 10 jours après leur forfait. Malheureusement, au lieu de les féliciter, le populiste et haineux Ousmane Sonko qui n’est ni époux, ni frère encore moins père de la défunte joue la honteuse cacophonie de la victimisation», cogne-t-il d’emblée. «Comme d’habitude, le narcissique Sonko accuse le procureur de Pikine d’incompétence professionnelle et de parti pris politicien. En agissant de la sorte, Sonko fait encore un pied de nez à l’intelligence de nos compatriotes et à nos forces de défenses et sécurité», ajoute le chef de cabinet du président de la République qui l’accuse de jouer les vautours. «Le chef du parti Pastef, toute honte bue, braconne la mort de Mme Mariama Sagna pour semer la haine du gouvernement dans le cœur des Sénégalais et tirer un avantage politique de cet acte odieux», dit-il. Sauf que, conclut-il, c’est «peine perdue !»

Hier, c’est son successeur à la tête du Groupe Benno à l’Assemblée qui avait embouché la même trompette. Sans nommer Ousmane Sonko, Aymérou Gningue a mis en garde contre ceux qu’il appelle les «marchands d’illusions». Selon ce dernier, «notre pays engage une nouvelle ère, celle de l’exploitation du pétrole et du gaz. La gestion d’une richesse de cette importance capitale ne saurait être confiée qu’à des mains expertes, propres qui savent ce qu’est le pouvoir et qui ont une vision capable de transformer de façon qualitative le Sénégal».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici