Trafic de passeports diplomatiques : La journaliste Louise T.A.Sagna se lave à grande eau

0

Entendue longuement dans l’affaire du trafic de passeports diplomatiques par la Dic, la journaliste Louise Tina Adama Sagna a tenu à éclairer la lanterne des Sénégalais sur ce qui s’est réellement passé.

 « Dans un article intitulé « Trafic de passeports diplomatiques : la journaliste Louise T. A. Sagna convoquée à la Dic après avoir encaissé plus de 6 millions de Cfa », Seneweb a publié samedi 18 décembre 2021 sous la plume Mor Mbaye Cissé, des informations dont la présentation à travers le titre en gros caractère peut laisser croire que je suis trempée dans ce scandale de passeports diplomatiques qui défraie la chronique depuis plusieurs mois.

Pire, à aucun moment, le journaliste de Seneweb qui me prête une relation amoureuse sans fondement avec un des mis en cause, n’a pris la précaution de m’appeler pour un recoupement de l’information comme tout bon journaliste professionnel l’aurait fait.

 

Aussi, mon nom est jeté en pâture sans aucune forme de prudence à ce stade de l’information, alors qu’il est d’usage dans la presse d’utiliser des initiales pour préserver l’identité de la personne qui est citée.

Je voudrai donc à la suite de cet article, apporter les précisions suivantes : Je ne suis mêlée ni de près, ni de loin à cette affaire de trafic de passeports diplomatiques et ma vie privée n’intéresse aucunement les Sénégalais et ne peut en aucune manière, être une information dans cet article.

Ce qui s’est passé

Alors que j’étais en ville un jour, il y a de cela quelques mois, un ami que j’ai connu il y a moins d’un an m’appelé. Lorsque je lui ai dit que j’étais en ville, il m’a demandé de lui rendre un service en passant au palais de la république récupérer une enveloppe pour lui. Chose que j’ai accepté. Je ne pouvais savoir, qu’il s’agissait d’une enveloppe contenant de l’argent, encore moins imaginer que cet argent est le fruit d’un trafic de passeports diplomatiques.

Lorsque je lui ai posé la difficulté de rentrer au palais, il m’a assuré qu’il informerait la personne auprès de qui je dois récupérer l’enveloppe pour qu’on me laisse rentrer.

Après avoir fini mes courses ce jour-là, je suis allée au palais, laissant ma pièce d’identité au poste de contrôle. Puis, on m’a conduit au bureau de la personne qui m’a remis cette enveloppe.

C’est sur place, que j’ai su que c’était de l’argent. La personne m’a remis l’enveloppe et a tenu à ce que je compte le montant à sa présence. Après avoir fini de compter, j’ai signé la décharge comme n’importe quelle personne l’aurait fait, quand vous recevez du cash d’un certain montant.

Une fois sortie du palais, j’ai informé l’ami qui m’a sollicité que j’ai récupéré l’enveloppe. Il a par la suite envoyé quelqu’un la récupérer chez moi.

Ne connaissant personnellement pas celui qui est venue récupérer l’enveloppe, j’ai tenu à filmer le moment où je lui remettais la totalité de l’argent. J’ai remis à la police la preuve matérielle.

Devant les enquêteurs, j’ai redit tout ce que je savais, preuve à l’appui. Mieux, j’ai demandé et obtenu la confrontation avec la personne qui m’a citée dans cette affaire.

Je voudrais terminer par ceci : Jusqu’à ma convocation par la police, j’ignorais que cet argent que j’ai récupéré dans une enveloppe au palais de la république est le fruit d’un trafic de passeports diplomatiques, encore moins imaginer, que mon nom serait associé à cette scabreuse affaire ».

Assane SEYE-Senegal7

 

 

Leave a comment