Accueil Actualités Troquer sa plume contre des privilèges : Et se mirer devant la...

Troquer sa plume contre des privilèges : Et se mirer devant la glace !

Abdoub Latif Coulibaly. Journaliste assermenté,vous l’aviez mérité avant de vous renier pour goûter aux délices du pouvoir de Macky Sall. Vous aviez opposé un pied de nez à la presse sénégalaise tout en omettant l’erreur de votre vie.

Celle de remettre en cause la mission dévolue à la Société Civile dont vous faisiez partie du temps où vous vous acharniez sur Karim Wade et son Papa de Président. Des paroles désobligeantes à la bouche ne sont pas dignes d’un citoyen qui se respecte à plus forte raison d’un ministre de la République.

Un ministre qui a préféré troquer sa plume contre une vie de pacha empreinte de controverses. Les remords ne sont pas l’apanage des sénégalais mais bien de celui qui aura compris au final qu’il est tombé trop bas, en se prenant pour la huitième merveille du monde. «La presse sénégalaise est nulle (…).

Un journaliste comme moi, il n’y en a pas deux au Sénégal (…)». Ces mots que vous aviez lâchés devant l’éminent journaliste Babacar Fall sur la Rfm , sonnent le glas d’un homme que l’on croyait grand mais qui s’est illustré par son manque d’humilité et d’intellect. Car,il ne suffit pas de faire les bancs pour se croire intellectuel.
« Un journaliste comme moi, il n’y en a pas deux au Sénégal »
Heureusement que le Sénégal n’en a qu’un et qui s’appelle Abdou Latif Coulibaly. Les étudiants que vous aviez formés en journalisme doivent se sentir à l’étroit à cause de votre manque de modestie et de discernement. Evidemment,un ministre de la République de votre trempe, qui a, dès l’abord, abdiqué pour être de la « Cour royale » apériste, ne peut surprendre personne.

Vous aviez enseigné le journalisme,vous jetez l’anathème aujourd’hui sur les médias et vous projetez votre ego sur les abîmes de l’indécence et de l’injustice. Vous êtes ministre de la République, personne ne vous dénie cette posture qui rentre dans le cadre normal des choses.

Mais quand vous changez de fusil d’épaule , il n’est point besoin de jeter l’opprobre sur la presse. Vous étiez de la corporation avant d’accepter d’être phagocyté par les tentations du pouvoir. La nullité de la presse sénégalaise s’illustre bien dans sa capacité à montrer les tares d’un pouvoir finissant dont vous faites partie, les incohérences d’une gestion nébuleuse et les combines politiciennes érigées en super priorité.

Comptable de la gestion catastrophique du pays, vous délirez en songeant à votre trajectoire ratée , s’enfonçant dans les méandres des abîmes d’un homme désespéré .Si les Sénégalais avaient deux Latif de votre trempe,ce serait une véritable catastrophe.

Sous Wade,vous aviez éclairé la lanterne des Sénégalais par votre plume acerbe mais sous Macky, vous vous illustrez sous le manteau d’un ministre qui répugne les journalistes fouineurs. Avez-vous donc perdu l’instinct d’investigation si cher aux Sénégalais. C’est ce paradoxe existentiel qui vous pèse à jamais.Il ne vous reste que la glace pour vous mirer !

Assane SEYE-Senegal7

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici