L'Actualité en Temps Réel
xbet bannière

Une intelligence extraterrestre ? Ces signaux qui intriguent

Premierbet

Des ondes radio compatibles avec l’hypothèse d’une vie intelligente loin de la Terre ont été captées en 2016. L’algorithme derrière cette prouesse suscite beaucoup d’espoirs.

 

Avons-nous capté d’authentiques messages venus d’ailleurs ? Ce lundi, 17 chercheurs affirment dans la revue « Nature Astronomy », avec toute la tempérance qui sied à cette vénérable publication scientifique, avoir identifié huit signaux « intéressants » dans le cadre d’un travail de recherche d’intelligence extraterrestre !

« Les caractéristiques de ces signaux pourraient potentiellement impliquer des signes de technologie au-delà de la Terre et une vie intelligente extraterrestre », avance plus explicitement l’astrophysicienne Cherry Ng, coautrice de cette étude on ne peut plus sérieuse, fruit d’une collaboration entre l’université de Toronto (Canada) et l’Institut SETI (« Search for Extra-Terrestrial Intelligence »), installé en Californie (États-Unis). Si ces résultats nécessitent de plus amples observations, elle assure même que « c’est relativement rare de voir des signaux avec des caractéristiques aussi convaincantes ».

Des étoiles « voisines » Mais de quoi parle-t-on ? Une méthode utilisée pour tenter de débusquer des civilisations dans le lointain est la chasse aux « technosignatures » : si une forme de vie avancée existait au-delà du système solaire, nous pourrions la repérer grâce aux signes laissés par ses technologies.

À cet égard, ces signaux « intéressants » le sont à plus d’un titre. Primo, ils sont à bande étroite, contrairement aux ondes des astres, ce qui plaide pour une origine technologique. Secundo, leurs fréquences évoluent dans le temps, ce qui suggère un déplacement entre l’émetteur et nous, donc une nature extraterrestre. Tertio, chacun de ces signaux n’apparaît que lorsqu’un télescope vise une étoile précise.
Son lieu d’émission ?

C’est en braquant son antenne vers cinq astres proches de nous que le Green Bank Telescope (GBT), en Virginie-Occidentale (ÉtatsUnis), a capté ces ondes radio exotiques. Situées entre 34 et 88 années-lumière, ces étoiles sont nos « voisines ».

« Cela signifie que pour l’étoile la plus proche, la lumière a mis environ trente-quatre ans pour nous parvenir », poursuit Cherry Ng. Il en serait de même pour un message radio. On n’a trouvé pour l’instant aucune planète autour de ces étoiles, mais le disque de poussières qui orbite la dénommée HIP 62207 en fait une bonne candidate… Hourra ! Hip hip hip ?

Non, car il y a un hic : les supposés « ET » ne « répondent » plus… « Nous avons poursuivi les observations à l’aide du télescope Green Bank vers les cinq étoiles à des jours différents. Nous n’avons redétecté aucun de ces signaux.
Cependant, nous ne pouvons pas complètement exclure ces étoiles en tant qu’hôtes d’intelligence extraterrestre, car la transmission pourrait être intermittente », souligne Cherry Ng, qui travaille aujourd’hui en France pour le Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

« Une telle découverte nécessite une confirmation par d’autres instruments », observe l’astronome franco-américain Franck Marchis, qui n’a pas pris part aux travaux. Mais il salue « un résultat très important pour l’institut SETI », qui l’emploie depuis quinze ans, et « une nouvelle ère qui s’ouvre » pour la recherche de civilisations extraterrestres « grâce à la technologie de machine learning », une intelligence artificielle autoapprenante.

Une aiguille dans une botte de foin Car en 2016, lorsque les huit signaux ont été captés par le GBT, plus grand radiotélescope orientable du monde, ils sont d’abord passés inaperçus. Et pour cause, les interférences liées à l’usage des GPS ou des téléphones portables sont si nombreuses qu’elles sont un frein pour ces recherches.

Mais l’auteur principal de l’article, Peter Xiangyuan Ma, semble avoir mis au point un algorithme très efficace pour trouver l’aiguille dans la botte de foin, la recherche initiale portant sur 115 millions d’extraits de données et 820 étoiles ! Outre sa vitesse, le machine learning est plus « ouvert » que les humains sur « ce que peut être un signal digne d’intérêt », précise l’étudiant de Toronto.

Alors que de nouveaux télescopes promettent de faire grimper bientôt le nombre de données disponibles, cet algorithme pourrait permettre d’industrialiser une recherche acharnée mais pour l’instant peu fructueuse. Le meilleur est à venir, rapporte le « Parisien ».

 

A LIRE AUSSI :  INSOLITE-EXTRATERRESTRES : LES RÉVÉLATIONS STUPÉFIANTES D’UN GÉNÉRAL ISRAÉLIEN

Assane SEYTE-Senegal7

Comments are closed.