L'Actualité en Temps Réel

(Vidéo) Diagnostic des maux de la société Sénégalaise : L’étrange similarité des prêches de nos chefs religieux

Leurs paroles étaient attendues dans ce contexte où la société sénégalaise a atteint des extrêmes. De la dépravation des mœurs, aux pertes de valeurs en passant par la détérioration des relations sociétales entre concitoyens à travers l’inimitié, le désamour, la méchanceté; la gestion nébuleuses des affaires publiques;  le procès de la société sénégalaise intenté  par  nos illustres  chefs  religieux, à l’occasion du Maouloud, est sans appel. Mais ce qui frappe de prime abord, c’est la similarité de leurs discours  qui renseigne sur le niveau d’alerte maximum qu’ils véhiculent pour éviter à notre pays de basculer dans le chaos. Et quand les représentants de Dieu sur terre parlent, on doit les écouter religieusement. Ce qu’ils voient venir, les autres ne le voient pas.

De Yoff à Médina Baye en passant par Tivaouane, Koutal… les discours des religieux ont eu les mêmes sonorités, la même consonnance et la même quintessence.. Tous ont fait la radioscopie d’une société sénégalaise gravement atteinte par des pathologies qui ont pour nom, effondrement des valeurs, inimitié, désamour, méchanceté, manque de solidarité, égoïsme, etc. Sans oublier les hommes politiques dont la démarche est souvent dépouillée de toute éthique et de morale car ils ne prêchent que pour se maintenir au pouvoir ou  au besoin se hisser au pouvoir.

Le Sénégal s’achemine vers des élections locales en janvier 2022. À moins de trois (3) mois de ces joutes électorales, la tension est vive dans l’espace politique et les politiciens utilisent comme arme principale la violence pour espérer faire passer leur dessein . Mardi 11 octobre 2021, à Ziguinchor, de violents affrontements ont opposé des militants de Doudou Ka, responsable apériste  à ceux d’Ousmane Sonko, le leader de Pastef.

Ainsi au cours de la célébration de la naissance du Prophète Mohammad (PSL), nos illustres chefs religieux ont tous abondé dans le même sens d’alerter, d’inviter les sénégalais à un examen de conscience de leurs responsabilités  face à leur destin et d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur leur prérogatives régaliennes et leur obligation de veiller à la stabilité du pays et au respect à la loi.

La tribune du Maouloud a été l’occasion notamment pour le khalife général des Tidianes d’interpeller les politiques. Dans son message délivré par Serigne Pape Mactar Kébé, Serigne Babacar Sy Mansour a invité les politiques à bannir la violence, surtout que l’on s’achemine vers des élections à « tensions ». Le Khalife Serigne Babacar Sy Mansour a aussi appelé à l’unité des cœurs et des personnes, mais également au raffermissement des liens afin d’avoir une société où résident la solidarité, l’entente et l’entraide. Il encourage ainsi à privilégier la discussion, le dialogue, surtout entre les acteurs politiques. Il a attiré l’attention des sénégalais sur les réseaux sociaux qui ne font jusque-là que contribuer à diviser la société à cause d’un usage inapproprié  qu’en font les jeunes.

A Yoff Diamalaye, où repose le Mahdi (SAW), le porte-parole de la famille Layene, Mouhamadou Lamine Lahi est notamment revenu dans son sermon, sur la dépravation des mœurs, le manque d’éducation, les conséquences néfastes des réseaux sociaux, le manque de solidarité entre africains. Il a fait le focus sur les vertus d’un vrai musulman et le comportement qu’il doit avoir dans la société. « Ce qui se passe au Sénégal est ahurissant. La guéguerre interne est atroce. Malheureusement dans nos communautés, la méchanceté est érigée en règle. L’impunité a beaucoup terni l’image du pays. L’amour du prochain n’existe plus. Les amitiés, les mariages ne sont plus sincères. C’est ce qui constitue le soubassement des relations actuelles. Le mensonge est érigé en règle au Sénégal. Les insultes sont monnaie courante et les réseaux sociaux sont venus couronner le champ de la dépravation des mœurs », dénonce le marabout dans une vidéo de nos confrères de Dakaractu qui ont couvert l’événement à Diamalahi.

Au Gamou international de Médina Baye également, le Khalife de ladite ville sainte, Cheikh Mahi Niasse a invité les politiques à aller vers l’essentiel, mais aussi et surtout, indique-t-il, le Sénégal a besoin d’un nouveau visage. « Le peuple et le gouvernement doivent unir leur force pour bâtir le pays. L’opposition et le pouvoir doivent animer les débats qui intéressent le pays. Le Sénégal a besoin d’un nouveau visage. Pas un Sénégal de révolte ni de tiraillement. Le Sénégal est entre de bonnes mains. Car le pays regorge de compétences dans tous les domaines. Donc le gouvernement doit montrer le bon exemple », a déclaré le Khalife de Médina Baye Cheikh Mahi Niasse.

Les Sénégalais ont été d’abord émus par la similarité des discours de nos illustres chefs religieux qui ont tiré la sonnette d’alarme au moment opportun  lors de la célébration de la naissance du prophète Mohammad (PSL). Ils ont tous abondé dans le même sens et invité le Gouvernement à plus de respect dans ses engagements vis à vis du peuple et invité les Sénégalais à bannir la violence lors des prochains joutes électorales. Nos illustres chefs religieux demeurent et demeureront les régulateurs de notre société. Ils sont les remparts de notre société dans l’ici et dans l’au-delà puisque leur mission première consiste à nous rattacher au tout Puissant par le biais des religions révélées. Si les Sénégalais ont entendus et compris le sens de leur discours, nous présumons qu’il n’y aura que la paix et la concorde civile dans notre  pays.

A.K.C – Senegal7