L'Actualité en Temps Réel

Ziguinchor : le cas importé est un enseignant Sénégalais venant de Bissau

5

Un véritable coup de tenérre pour le secteur de l’enseignement et pour la sécurité des élèves à quelques jours de la reprise des cours fixée par le Ministère de l’éducation nationale pour le 2 juin prochain. A Ziguinchor, un enseignant en provenance de la Guinée Bissau a été testé positif à la Covid-19.

Il s’agit du cas importé cité aujourd’hui par le Ministère de la santé et de l’action sociale sur sa liste des 81 cas positifs dont 6 cas enregistrés à Ziguinchor. Sur ces 6 cas, il y’a un cas importé venant de la Guinée Bissau, mais qui serait un enseignant Sénégalais bloqué à Bissau depuis la fermeture des frontières et l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire. L’homme à la suite de la reprise des cours qui est fixée pour le mardi prochain étant un bon fonctionnaire de l’Etat a choisi de regagner son poste malgré les difficultés de traverser la frontière. Selon nos sources, à son arrivée à Ziguinchor, il s’est rendu à l’hôpital pour se faire tester avant de rentrer en contact avec la population et c’est suite aux résultats des tests préliminaires que les agents ont douté et on décidé de lui faire des prélèvements envoyés à Kolda.

Au résultat final, il est revenu positif, une situation qui inquiète les populations de la Casamance et surtout les enfants en classe d’examen. Malgré tout, le comportement de ce dernier est salué par bon nombre de personnes, qui selon elles, il a été courageux et responsable pour éviter des contacts. Pour ces derniers, la reprise des classes peut être un risque pour la santé des enfants. «On n’a pas encore commencé les cours et les enseignants sont testés positifs mais dès que les cours vont démarrer que les choses seront dangereuses.

Mais, en tant que parent et juriste de formation, nous allons accompagner les décisions de l’Etat en bon citoyen mais si jamais la contamination se fait dans le milieu scolaire on a le devoir de saisir la justice et même la cour suprême pour non assistance à personne en danger. Dans ce cas, force restera à la loi », a alerté ce retrait de la fonction publique sous le couvert de l’anonymat.

Pape Ibrahima Diassy/Sénégal7

Afficher les commentaires(5)