Accueil Actualités 12 ans déjà : L’Apr à l’épreuve de la succession

12 ans déjà : L’Apr à l’épreuve de la succession

Le parti au pouvoir aujourd’hui au Sénégal fête ses 12 ans d’existence. Cependant, l’Apr, (l’Alliance pour la République) fondé par Macky Sall souffre de sa non-structuration. Elle est secouée par une guerre de succession informelle. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le choc des ambitions aura bel et bien lieu au sein de ce parti qui n’a pas encore réussi à peser son poids électoral. Ce qui fait de l’Apr est un parti fantôme. Macky Sall a décidé de sa structuration horizontale. Étouffant dans l’œuf toute ambition de sa succession.

Un parti sans poids électoral

L’arrivée de Macky Sall au pouvoir a été rendu possible pour deux coalitions. Macky2012 qui l’a amené au second tour en 2012 contre Wade et Benno Bokk Yakaar qui a aidé Macky Sall à terrasser le «baobab politique» Wade.

Depuis lors, le parti présidentiel qui a rallier à sa cause deux grandes formations politiques : le Ps et l’Afp a remporté toutes les élections, de 2012 à nos jours.

C’est avec également cette coalition composite que Macky Sall a été réélu au soir du 24 février 2019.

Pourtant, le parti n’a jamais essayé d’aller seul à une élection, fut-elle locale. C’est cet état de fait qui motive davantage Macky Sall à se doter d’une autre coalition ce qui explique son alliance avec Idrissa Seck pour toujours rester aux alentours du pouvoir. Sans pour autant choisir celle ou celui qui va le succéder, soit à l’Apr, soit à la tête du pays.

C’est en ce sens que le débat sur l’obligation de la loyauté envers le président Macky Sall, face à des «ambitieux» qui lorgnent son fauteuil.

Refus de choisir un dauphin

Ceux qui ont osé aborder la question d’un éventuel 3e mandat au sein de l’Apr ont tout bonnement été limogés de leurs postes, soit exclus purement et simplement de l’Apr.

Parce que, ce débat serait en réalité prématuré au sein de l’Apr, si le président Macky Sall n’est pas dans les dispositions de considérer que ce mandat en cours est son second, c’est-à-dire son deuxième et dernier mandat. Ce qui donnerait raison aux adversaires politiques du régime, tel que le maire de Mermoz Sacré Cœur, Barthélémy Dias, ou encore Abdoul Mbaye du parti Act, qui soutiennent mordicus que le chef de l’Etat se prépare à briguer un troisième mandat. En tout état de cause, cette question sur le mandat du président Macky Sall reste entière, surtout si l’on se fie au discours clair-obscur qu’avait tenu son ancien ministre de la Justice, Ismaëla Madior Fall. Le juriste avait soutenu, en mars dernier, que « les dispositions sont claires. D’autres ont donné leur avis en disant que les dispositions ne sont pas claires. Il appartient au président de la République d’apprécier». Ce qui avait suscité une polémique sur ledit mandat, car d’aucuns estimaient que si vraiment la question était claire, le président Macky Sall n’aurait pas à apprécier, le moment venu.

L’Apr, un parti fantôme parce que non structuré

Oui ! L’Apr est un parti fantôme. Macky Sall a décidé de la structuration horizontale de son parti. Étouffant dans l’œuf toute ambition de sa succession au poste de Président de l’Apr.

Cependant, cela n’a pas mis hors jeu les chocs des ambitions. Une chose reste évidente, cette sortie attribuée au président Macky Sall n’entamera en rien les ambitions des uns et des autres.

Amadou Ba, l’ancien ministre des Affaires Étrangères est accusé de nourrir des ambitions de contrôler la capitale sénégalaise, Dakar. Ce qui serait dit-on, une occasion toute faite pour se faire une légitimité politique au sein du parti afin de prétendre remplacer le président de l’Apr. Mimi Touré, pour avoir eu à occuper le poste stratégique de Premier ministre est accusée de se faire des ailes pour succéder Macky Sall. Le nom de l’ancien ministre du Pétrole et de l’Energie, Mouhamadou Makhtar Cissé, est cité. Il serait en embuscade pour le même fauteuil.

Pape Alassane Mboup

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

2 × 2 =