Accueil Actualités Chute d’IBK : Risques d’un printemps ouest africain ?

Chute d’IBK : Risques d’un printemps ouest africain ?

Au Mali, les partisans de l’Imam Dicko ont obtenu gain de cause. Ils ont réclamé, à travers de fortes manifestations, le départ du Président Ibrahima Boubacar Keita. L’armée s’y est mêlée et IBK a chuté de son fauteuil. Actuellement détenu avec plusieurs personnalités publiques. Ce coup d’état a sonné le glas de son régime malgré les agitations de la CEDEAO qui réclame le retour à l’ordre constitutionnel. Mais, tout indique que c’est trop tard. La rue a eu raison de ce Président qui a été durant dix ans à la tête de ce pays. Il avait gagé sa bonne foi de procéder à des réformes en profondeur. N’empêche, il n’a pas convaincu grand monde. Son sort, devrait inquiéter ses homologues notamment de la sous-région car les anti-IBK font des émules. En Guinée Conakry, où des ambitions de briguer un troisième mandat sont prêtées au Président Alpha Condé les lendemains sont incertains. Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) qui regroupe des partis politiques et des organisations de la société civile compte se dresser pour s’ériger contre une possible candidature de M. Condé. Ce dernier n’a pas encore clairement émis un avis favorable mais son parti l’a désigné candidat. Ses partisans soutiennent qu’avec le récent changement constitutionnel, le compteur de ses mandats a été remis à zéro. Tout indique qu’il va franchir le rubicond. En cote d’ivoire, le feu couve depuis la décision du Président Alassane Dramane Ouattara de briguer un troisième mandat. Les dernières manifestations ont provoqué la mort de 05 personnes. Ce qui rappelle de mauvais souvenir dans ce pays qui a traversé une décennie de guerre civile. Au Sénégal, l’agitation est de moindre envergure. Toutefois, les mouvements de contestations ne ratent aucune occasion pour envahir les rues afin de dénoncer les dérives du régime.

Toute cette ébullition intervient dans un contexte de crise sanitaire qui risque de créer quelques remous au sein de quelques pays en Afrique, « la crise du Covid-19 peut être le révélateur des limites de capacité des États, incapables de protéger leur population. En Afrique notamment, ce pourrait être “la crise de trop” qui déstabilise durablement, voire qui mette à bas des régimes fragiles (Sahel) ou en bout de course (Afrique centrale) », d’après une note confidentielle du Quai d’Orsay (ministère français des affaires étrangères)…Est-ce à dire que nos Chefs d’Etat de la sous-région sont sous la menace d’un souffle printanier qui avait avait emporté plusieurs dirigeants en Arabie ?

Mbissane TINE-Senegal7

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici