L'Actualité en Temps Réel

Affaire du journaliste Pape Ndiaye et Ndèye awa ndir : Les dessous d’une médiation pénale avortée

Poursuivi pour les délits d’escroquerie et actes de nature à jeter le discrédit sur une institution judiciaire, notre confrère Pape Ndiaye, chroniqueur judiciaire de Walfadjri, est toujours dans les liens de la détention.

Son procès, prévu pour le 17 mai dernier a été renvoyé au 31 mai prochain à cause de l’absence de la partie civile. Auparavant, le procureur avait refusé la médiation pénale initiée par les avocats des deux parties. Le Témoin revient sur les dessous de cette médiation avortée,relate le Témoin.

Le procès de l’affaire d’escroquerie opposant Pape Ndiaye à deux plaignants, initialement prévu le 17 mai dernier, a été renvoyé par le président du tribunal au 31 du même mois. Le journaliste de Walfadjri est poursuivi pour les délits d’escroquerie et actes de nature à jeter le discrédit sur une institution, la judiciaire plus précisément.

Lors de présentation devant le procureur de la République, ses avocats avaient sollicité une médiation pénale mais le maître des poursuites aurait refusé de lui accorder cette faveur. « On avait discuté avec la partie civile, Ndèye Awa Ndir, qui était d’accord sur un protocole de remboursement de la somme due.

D’ailleurs, l’autre partie civile a été finalement désintéressée. Malheureusement, le procureur a refusé la médiation pénale et décidé de poursuivre l’action publique » a révélé notre interlocuteur membre du pool des avocats de Pape Ndiaye.

Pourtant, la loi, par le biais du code de procédure pénale, prévoit la médiation pénale qui est consacrée par la loi N° 99-88 de septembre 1999. « C’est un mode alternatif de règlement de conflits pénaux, c’està-dire une alternative aux poursuites pénales. Cependant, son initiation ainsi que son succès sont subordonnés à la réunion de certaines conditions : la médiation pénale suppose l’accord préalable des parties avant toute poursuite pénale.

Ainsi, après le déclenchement de l’action publique, la médiation pénale n’a plus lieu d’être » a expliqué sous le sceau de l’anonymat un des conseils du chroniqueur judiciaire. Ce dernier de préciser que si l’accord entre les deux parties est acté par une médiation pénale, le prévenu bénéfice d’une liberté provisoire.

« Le prévenu peut rentrer chez lui et renvoyé en audience. Il arrive parfois même qu’il n’y ait point d’audience. Si, par exemple, il ne respecte pas le protocole de médiation, l’avocat de la partie civile peut écrire au procureur et à ce moment-là, le prévenu sera obligé de passer en audience pour un jugement…

Il y a des cas où même si la partie civile décide de se dessaisir, le procureur peut continuer l’action publique comme c’est le cas dans cette affaire qui concerne le journaliste. Dans ce cas d’espèce, il est reproché à Pape Ndiaye un acte de nature à jeter le discrédit sur une institution judiciaire. C’est pourquoi le procureur a décidé de renvoyer l’affaire en audience pour éclairer la lanterne de tous », a ajouté notre interlocuteur.

Poursuivant, le conseil de Pape Ndiaye a précisé que ce qui a surtout fait mal à la dame Ndèye Awa Ndir et qui l’a poussée à se rétracter, c’est le fait que le journaliste ait soutenu qu’il entretenait avec elle une relation amoureuse.

Désintéressement de la partie civile D’après notre interlocuteur, la situation pourrait se décanter avant le 31 mai. « L’avocat de la partie civile nous a saisis pour réclamer la somme due. Cheikh Niass, le boss du groupe Walfadjri, avait donné son accord de désintéresser la plaignante. Dès demain, je vais le saisir pour qu’il verse à la dame l’argent convenu. Pape Ndiaye pourra ainsi être libéré lors de l’audience du 31 mai » veut croire l’avocat. Quid du délit d’acte de nature à jeter le discrédit sur une institution judiciaire ? Le conseil du journaliste de rassurer.

« Dans le PV d’enquête préliminaire, ce fait n’est pas trop visé même si, par ailleurs, les policiers judiciaires ont mentionné ce délit. Il n’y a rien dans le dossier qui corrobore ce fait » a-t-il conclu. Notre confrère peut croiser les doigts et égrener son chapelet…

Assane SEYE-Senegal7