Accueil Politique Affaire PETROTIM: TAS fait voler en éclat la ligne de défense d’Aliou...

Affaire PETROTIM: TAS fait voler en éclat la ligne de défense d’Aliou Sall

dans son brûlot « Le protocole de l’Elysée: confidences d’un ancien ministre sénégalais du pétrole, Thierno Alassane Sall a fait voler en éclats l’une des principales lignes de défense d’Aliou Sall, frère du Président.

En effet, lorsque le scandale PETROTIM était porté sur la place publique, Aliou Sall déclarait, urbi sur orbi, qu’il ne se mêlait plus des intérêts de Frank Timis au Sénégal, ceci depuis 2014.

TAS rapporte, entre la fin de l’année 2015 et le début 2016, ce même Aliou Sall faisait le pied de grue à son domicile et ne cessait de lui envoyer des messages téléphoniques dans le seul but d’obtenir un avenant au profit de la compagnie African Petroleum, titulaire d’un permis sur le bloc Rufisque Offshore Profond et dans laquelle Frank Timis avait des intérêts. Lorsqu’il fut enfin reçu par l’auteur, Aliou Sall était accompagné d’un autre ancien DG de PETROSEN, Djibril Amadou Kanouté ! Ces « liens incestueux » ont pris une ampleur insoupçonnée lorsque Thierno Alassane Sall entreprit de mettre fin au contrat de la compagnie nigériane ORANTO.

L’une des révélations de taille faite par l’auteur est la confirmation que Macky Sall était bel et bien en relation avec Frank Timis. En effet, Thierno Alassane Sall parvient, à démontrer l’implication directe du Président Macky Sall, de son Premier ministre, Abdallah Boun Dionne, et de son frère, Aliou Sall dans l’affaire PETROTIM. Ce qui constitue une révélation de taille.

Une révélation qui anéantit le seul argument de défense des thuriféraires du régime qui s’étaient érigés en boucliers lorsqu’ils affirmaient qu’Aliou Sall aurait agi sans que son grand-frère ne soit au courant et qu’il s’était ressaisi en quittant aussitôt PETROTIM. On se rend compte, aujourd’hui, avec les nouvelles révélations de Thierno Alassane Sall que ceci n’était qu’une fable.

Revenant sur le cas de Frank Timis, l’auteur fait état de sa curiosité à l’égard de ce personnage qui bénéficiait de « connexions personnelles en haut lieu » au point n’avoir jamais senti le besoin de traiter avec le Ministre de l’Énergie qu’il était ou de passer par lui pour décrocher une audience avec le Président de la République. Tout le contraire des autres dirigeants de sociétés plus importantes (Kosmos, Cairn, BP plus tard) qui prenaient la peine de se formaliser avec le ministère de l’Énergie. Paradoxalement, c’est ce même Frank Timis, qui « brillait par son absence », qui lui faisait parvenir, régulièrement, des récriminations par le canal du … Président Macky Sall himself !

Les lecteurs seront surpris d’apprendre jusqu’à quel point le Président de la République et son Premier ministre, Abdallah Boun Dionne, ont influé sur les transactions entourant la vente, par Frank Timis, des 30 % qui lui restaient dans les blocs de Cayar Offshore Profond et de Saint-Louis Offshore Profond. Les deux têtes de l’Exécutif se sont prêtés aux jeux de dupes et de chantage à des fins spéculatives auxquels Frank Timis se livrait en l’aidant à mousser son offre jusqu’à atteindre le montant de 250 millions de dollars ! Sur tous ces éléments, l’auteur donne des éléments factuels, précis et irréfutables dans le livre. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant d’apprendre, par l’auteur, que le dossier de Frank Timis, supposé être intégral, qu’on lui avait remis, à sa demande, ne contenait rien de probant ! Le dossier était quasi vide.

Enfin, une parmi les révélations de l’auteur et non des moindres, est celle relative au revirement spectaculaire d’Aly NGouille Ndiaye dans la gestion du dossier PETROTIM. L’auteur nous apprend qu’aussitôt après son installation comme Ministre de l’Énergie, Aly NGouille reçut une plainte de la représentante de TULLOW OIL qui dénonçait des « pratiques sordides qui lui auraient coûté au dernier moment, des permis qu’elle négociait depuis trois ans ». Elle alla jusqu’à incriminer, nommément, les deux ministres qui l’avaient précédé à ce poste : Samuel Sarr et Karim Meïssa Wade. Aly NGouille Ndiaye s’empressa de transmettre la plainte au Président de la République et ouvrit une enquête pour faire la lumière sur ces sérieuses allégations notamment pour établir l’illégalité des contrats accordés à PETROTIM.

Tous les éléments qu’il a recueillis prouvaient les vices rédhibitoires qui entachaient ces contrats. Ces constats devaient entraîner, ipso facto, l’annulation des contrats frauduleusement octroyés à Frank Timis (entre les deux tours des élections présidentielles, puis antidatés au 17 janvier 2012) en violation du Code pétrolier (l’avis obligatoire sous quinzaine du Ministre de l’Économie et des Fiances n’était pas requis). De manière brusque, il fait un revirement spectaculaire en validant les contrats dont l’illégalité était manifestement établie.

Pourquoi ce revirement d’Ali NGouille Ndiaye ? Sur la foi de preuves irréfutables, l’auteur parvient à prouver, sans ambages, l’existence de liens établis entre Aly NGouille Ndiaye et Aliou Sall, en sa qualité de Country Manager de PETROTIM. C’est ainsi que le Ministre Aly Ngouille Ndiaye a requis un « dossier complémentaire » à Aliou Sall que celui-ci ne manqua pas de lui faire parvenir. Ce qui prouve, si besoin est, que les contrats octroyés à Frank Timis, par le régime sortant de Wade, l’ont été sur la base d’un dossier incomplet. C’est par la suite que le Ministre Aly NGouille Ndiaye s’attela à la rédaction des rapports de présentation des décrets d’approbation qui devaient être soumis à la signature de Macky Sall.

Les faussetés et mensonges contenus dans ces rapports de présentation sont de notoriété publique et ont conduit l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye, qui avait contresigné les deux décrets d’approbation, à saisir la justice pour faux. Malgré le fait que le Président Macky Sall ait été au courant du caractère mensonger des informations contenues dans les rapports (elles étaient fabriquées de toutes pièces), il « s’est empressé intentionnellement d’approuver les contrats » avant la remise du rapport de l’IGE lui recommandant ne pas les signer. De manière plus curieuse, voire plus grave, le Président Macky Sall a rapporté tous les décrets pris illégalement par le Président Wade (contrôle des communications téléphoniques entrant au Sénégal, contrôle des passagers à l’aéroport de Dakar par l’entreprise Sécuriport, etc.), conformément à ses engagements électoraux, sauf les deux concernant Frank Timis. Pourquoi cette action sélective que rien ne justifie ? L’auteur donne des informations fiables et matériellement établies pouvant permettre à chaque lecteur de se faire une idée claire sur les personnes à qui le crime a profité en plus de Frank Timis.

                                                Mouhamadou Sissoko-Senegal7

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici