Accueil Actualités Affaire Sonko : Le sabre de la justice tranche en...

Affaire Sonko : Le sabre de la justice tranche en autorité et non en pouvoir !

Une radioscopie de notre système judiciaire  nous renseigne de façon péremptoire que notre justice se veut indépendante mais elle bute sur un système politique qui l’administre de fond en comble. Du coup, l’affaire Ousmane Sonko et Adji Sarr s’inscrit dans une dynamique  éminemment politique. Ces derniers en sont des victimes  tandis que les commanditaires non identifiés en sont les bourreaux  embusqués. Lé vérité est que dans ce combat politique, la justice devient une autorité  et non un pouvoir. La nuance aura été de taille !

La justice sénégalaise ne souffre d’aucune ambigüité du point de vue de la crédibilité de ses acteurs qui d’ailleurs  sont parmi les meilleurs de l’Afrique et même du monde. Mais le problème, c’est le système politique qui l’englobe qui présente des défaillances énormes.

Car, la fonction du juge serait confiée à une autorité plutôt qu’à un pouvoir quand bien l’on parle de pouvoir judicaire sous nos cieux. Le Chef de l’Etat et chef de la majorité présidentielle préside aux destinées du Conseil Supérieur de la magistrature et le ministre de la Justice en est son vice-président.

Ce sont donc les plus hautes autorités de la République de la nomenclature judicaire  qui commandent la justice, le parquet. Et récemment, quand certains acteurs de la justice ont émis le vœu de voir le Chef de l’Etat se soustraire du Conseil Supérieur de la Magistrature, ils en ont eu leur grade car le Président Sall leur a rétorqué que  dans tous les pays où cette  cette réforme a été faite, l’Etat s’est effondré.

Et évidemment, sa position ne changera pas, malgré les appels des membres de la Société civile qui  avaient aussi réclamé  son départ de la tête du Conseil supérieur de la magistrature. «Tant que je suis Président, le système ne changera pas»,  avait-il  affirmé.

Cerise sur le gâteau, les acteurs de la justice regroupés en syndicat ont été laissés en rade par le ministre de la justice qui ne daignait même pas leur tenir une seule oreille par rapport à leurs revendications.

Et pour corroborer la  volonté manifeste de l’Exécutif de s’ériger en autorité et non en pouvoir de la justice pour mieux contrôler cette dernière, Souleymane Teliko le président de l’Association des Magistrats du Sénégal a  écopé d’un blâme par suite des propos qu’il avait tenu sur le procès de Khalifa Sall devant la Chambre du Conseil Supérieur de la Magistrature dont le ministre de la Justice en est le vice-président.

Aujourd’hui donc, tous ceux qui parlent de se rabattre sur la justice pour tirer l’affaire Sonko au clair sont virtuellement du côté des commanditaires de cette forfaiture ubuesque. Karim Wade et Khalifa Sall sont passés à la trappe du Macky. Sonko est devenu une cible privilégiée.

Il ne serait donc guère superflu d’affirmer que le Sénégal s’achemine vers un chaos indescriptible si l’on n’y prend pas garde. S’il  ne reste qu’à   la justice pour trancher l’affaire Sonko, elle le fera en autorité placée sous la tutelle du Garde des Sceaux  et du Président du Conseil Supérieur de la Magistrature. La diversion  n’en est que trop !

Assane SEYE-Senegal7

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici