L'Actualité en Temps Réel

« Au nom de quoi une capture d’un citoyen (…) doit se solder par une libération négociée politiquement? »

Mon conseil, Pape Alé… 
Ayant connu avant toi l’injustice d’une détention carcérale, je peux te montrer les vertus d’un proverbe wolof qui pose que celui qui a dîné en premier peut dire à celui qui ne l’a pas encore fait comment on dîne.
Parce que j’ai de l’estime en plus pour lui, je conseille à Pape Alé Niang de se dissocier de la médiation, véritable chemin de l’enfer pavé de bonnes intentions, que des membres de la profession de journaliste ont entreprise en son nom auprès du pouvoir politique –ministre de la communication, de la défense et de la justice et qui sait Macky sall. Pour qu’il soit libéré!
C’est une insulte à l’esprit des Lois, à la séparation des pouvoirs, à la distance nécessaire que la presse doit toujours garder.
Au nom de quoi, une capture d’un citoyen, journaliste ici, doit se solder par une libération négociée politiquement?
Ce serait le début de tous les abus de droit et de la confusion voire de l’effondrement de l’état de droit.
C’est le juge qui l’a jeté en prison qui doit l’en sortir selon sa conscience et les règles qui la gouvernent.
Y a pas à négocier quoi que ce soit, surtout que le risque est grand, au milieu des accolades et rires, complices, que les « médiateurs » soient victimes d’un enregistrement de leurs…compromissions ou engagements à mendier sa liberté.
Une erreur est vite venue. Surtout qu’il y a de petits calculateurs, y compris des femmes dans cette profession, pressé (e) s de s’infiltrer dans des brèches des négociations pour jouer la carte du pouvoir ripoux de Macky Sall.
Placé dans une même position voici trois ans, j’avais demandé que nul ne m’engage dans quelque deal ou négociation avec le pouvoir.
A ma sortie de prison, j’ai décidé de m’en aller en exil, n’étant pas disposé à être victime de quelque engagement qui aurait pu être pris en mon nom et insu, pour des considérations grégaires.
Pape Alé Niang, tu dois dire à haute et intelligible voix que toute négociation qui ne respecte pas des critères fermes et irrépressibles autour des normes constitutionnellement protégées ne te lient pas.
Courage, la liberté est dans la tête, comme dit Mandela, seul ton corps est détenu illégalement et tu sortiras vite encore plus fort.
Tu as mon soutien, le premier à s’être exprimé après ta capture par l’Etat voyou que des entrepreneurs politiques risquent de servir en utilisant ton nom, malgré quelques honnêtes brokers sur cette fausse route.

Lire : AFFAIRE PAPE ALÉ NIANG : VA-T-ON VERS LA DÉCRISPATION?

Par Adama Gaye