Accueil Actualités Baptisée « Babacar Touré » : La maison de la presse va-t-elle...

Baptisée « Babacar Touré » : La maison de la presse va-t-elle revenir aux médias ?

Babacar

La Maison de la presse continue de susciter moult polémique en raison de la confiscation dont elle fait toujours  l’objet de la part des politiciens qui en ont fait leur propre affaire. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle, plusieurs organisations de médias de notre pays ne cautionnent pas son mode de fonctionnement. Baptisée  »Babacar Touré » ,cette consécration à titre posthume ne cadre pas d’avec la stature  du fondateur  de Sud Com qui est un magnat des médias privés.

Située sur la corniche ouest de Dakar à  quelques encablures du centre ville, plus précisément à la rue 5, angle corniche de la Medina, la Maison de la Presse trône avec une architecture qui force le respect.

L’édifice a été construit entre 2007 et 2012 par le Consortium D’Entreprise (CDE).Elle a la forme d’un grand livre ouvert pour symboliser une grande bibliothèque de l’information et comporte huit niveaux (08 étages), avec un auditorium de 400 places, un restaurant, un cyber center, 45 chambres d’hébergement, une salle de conférence.

La manière dont la maison de la presse est coachée n’agrée pas les organisations des médias.

Et il n’y a pas une  seule occasion où ces organisations n’ont pas critiqué la gestion de ce temple réservé aux journalistes et exclusivement contrôlé par le Macky.

Toutefois, le fait que cette maison soit baptisée « Babacar Touré » du nom du  « monument »  et fondateur de Sud-Com, nous renvoie à un examen de conscience.

En effet la stature de cet homme des médias, multidimensionnel, prégnante et qui a surtout  réussi l’émancipation des médias privés dans un contexte politique très difficile, ne cadre pas d’avec la gestion partisane de la maison de la presse détenue par des politiciens du pouvoir.

C’est d’ailleurs l’occasion de rappeler aux autorités du pays que dès lors que  ce joyau a été baptisé « Babacar Touré », il urge de redéfinir ses priorités et missions afin qu’elle puisse cadrer d’avec la stature du défunts patron de Sud Fm.

A contrario, ce serait de la peine  perdue pour tous les médias sénégalais  soucieux  de l’éthique et de la déontologie qui sied au secteur.

Assane SEYE-Senegal7

 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici