L'Actualité en Temps Réel

Benno : PS, AFP, LD, PIT, AJ…la fin d’un cycle  

Membres à part entière de la coalition Benno Bokk Yakaar, le Parti socialiste (Ps), l’Alliance des forces de progrès (Afp), la Ligue démocratique (Ld), le Parti de l’indépendance et du travail (Pit), l’Union pour le renouveau démocratique (Urd), entre autres, semblent devenir des formations politiques qui ne cessent de perdre du volume et d’attractivité. Comme qui dirait, leur avenir dans le champ politique sénégalais semble désormais lié à celui du Président Macky Sall et de sa formation politique l’Alliance pour la République (Apr), tête de pont de la coalition Benno Bokk Yakaar.  Plusieurs formations politiques qui ont joué des rôles prépondérants dans la marche démocratique du Sénégal deviennent de plus en plus l’ombre d’elles-mêmes. Et, depuis 2012, leur alliance avec l’Alliance pour la République (Apr) dans le cadre de la coalition Benno Bokk Yakaar ces partis politiques historiques ne cessent de tomber en désuétude. Frappés de léthargie et craquelés en mille morceaux, ils ne retiennent plus l’attention de la majorité des Sénégalais. Et, de ce point de vue, il n’est exclu que leur avenir soit lié à celui du Président Macky Sall et de l’Alliance pour la République (Apr), tête de pont de la coalition Benno Bokk Yakaar. Ces formations politiques, sont entre autres, le Parti socialiste (Ps), l’Alliance des forces de progrès (Afp), la Ligue démocratique (Ld), le Parti de l’indépendance et du travail (Pit) ou encore Aj de Landing Savané. A vrai dire, ils ont perdu de leur lustre d’antan au point de donner l’impression d’essayer de survivre dans un landerneau politique fluctuant, pour ne dire qui est devenu hybride. Car, ce sont de jeunes partis et mouvements qui sont en train de ravir la vedette aux formations dites historiques. Ceci, de par une composition qui rien à voir avec les formes de proposition traditionnelles aux partis politiques qui ont fait la pluie et le beau temps au Sénégal.

PS : L’OMBRE DE LUI-MEME 

Plus vieille formation politique du Sénégal, le Parti socialiste est né en 1948 sous le nom de Bloc démocratique sénégalais (Bds). Fondé par Léopold Sédar Senghor et Mamadou Dia, il est par la suite devenu l’Union progressiste sénégalais (Ups) à partir de 1958. Ce n’est qu’au congrès de décembre 1976 qu’il été baptisé Parti socialiste (Ps). Ayant gouverné le pays de 1960 à 2000, cette formation politique a été au sommet de son apogée. A la perte du pouvoir, sous le magistère d’Ousmane Tanor Dieng, beaucoup de barrons avaient quitté le navire. Mais, avec des efforts consentis, il était redevenu assez attractif au point de terminer troisième lors de la présidentielle de 2007 et quatrième en 2012. En douze années d’opposition, les socialistes ont toujours trouvé les moyens de se maintenir dans la cour des grands. Ce qui semble ne plus être le cas. Et pour cause, leur compagnonnage avec l’Apr dans le cadre de Benno Bokk Yakaar aura causé beaucoup de dégâts. En dehors des départs de Khalifa Sall, Barthélemy Dias et Cie, le décès d’Ousmane Tanor Dieng a aussi laissé un grand vide. Aminata Mbengue Ndiaye assurant l’intérim du secrétariat général du Ps, ayant fini de démontrer que l’héritage qui lui est laissé est lourd.
D’année en année, les rangs de la formation politique des Verts de Colobane ne cesse de s’effriter, leurs instances sont frappées de léthargie et pour la première fois dans l’histoire, ils n’ont pas eu un candidat à une élection présidentielle. Ce n’est pas tout, ils ont perdu en volume représentatif à l’Assemblée nationale avec un nombre de députés qui continue de chuter, mais aussi et surtout dans les directions nationales. Comme qui dirait, ce parti est en fin de cycle.

L’AFP : APRES NIASSE, LE DELUGE 

Autre formation politique, membre de Benno Bokk Yakaar, même constat. Nul besoin de rappeler le rôle historique joué par Moustapha Niasse, au second tour de la présidentielle de 2000. Après son appel du 16 juin 1999, marquant la naissance de l’Alliance des forces de progrès (Afp), l’ancien baron du Parti socialiste (Ps) s’est imposé aux Sénégalais. Premier ministre entre 2000 et 2001, tout en quittant Me Abdoulaye Wade, il a pu s’insérer dans une opposition qui lui a permis de reprendre ses marques. Quatrième à la présidentielle de 2007 et troisième en 2012, Moustapha Niasse aura surtout marqué de son empreinte, une opposition qui voulait en finir avec le pape du Sopi. Souteneur de Macky Sall dans le cadre du Benno – c’était au second tour de la présidentielle de 2012 – Niasse est par la suite devenu président de l’Assemblée nationale de 2012 à 2022. Seulement, n’ayant pas su préparer sa relève, sa formation politique s’est entre-temps, fortement affaiblie. Clamant qu’il reste fidèle au Président Macky Sall, il a dû en découdre avec son numéro 2. Il s’agit de Malick Gakou dont le départ des rangs de l’Afp n’a pas sans conséquences. De nombreuses démissions avaient été par la suite enregistrées par l’Afp dont les instances sont aussi frappées de léthargie. Depuis quelques années, cette formation politique ne joue plus les grands rôles dans le système politique sénégalais et donne l’impression de marcher en direction du mur. Comme quoi, après Niasse, le déluge.

LD : ACCROUPIE PUIS COUCHEE… 

Elle est née des flancs du Parti africain pour l’indépendance (Pai) qui a été créé en septembre 1957 par Majmouth Diop. Il s’agit de la Ligue démocratique, mouvement pour le parti du travail (Ld-Mpt), portée sur les fonts baptismaux en septembre 1974 suite à sa scission avec le PAI. Avec des intellectuels de haute facture dont Abdoulaye Bathily, ce parti politique a été de tous les combats pour le renforcement de la démocratie et la défense des acquis démocratiques au Sénégal. Formation politique réputée, elle a marché et longtemps marché pour entrer dans le cœur de nombre de sénégalais. Connue dans tous les cercles, la Ld a pris part à quasiment toutes les élections depuis l’ère du multipartisme intégral, mise en branle par le Président Abdou Diouf en 1981.Ayant soutenu la candidature de Moustapha Niasse en 2012, malheureusement, elle a connu un émiettement dans ses rangs depuis les départs d’Abdoulaye Bathily et de Mamadou Ndoye ‘’Mendoza’’. Et, le compagnonnage avec le Président Macky Sall y est pour quelque chose. Dénonçant nombre de choix jugés être des scandales dans la galaxie ‘’mackyste’’, elle a donné naissance à une aile dite radicale qui porte le nom de Ld-Debout. L’autre Ld dite ‘’accroupie’’ puis ‘’couchée’’ sous la conduite de Nicolas Ndiaye semble n’exister que par le biais des communiqués de presse. En toile de fond et par rapport à un constat constant, la Ld est assaillie par les signaux d’une fin de cycle.

PIT : PARTI DES RETRAITES… UNE EXISTENCE PAR FACEBOOK 

Son histoire est pratiquement comme celle de la Ld. Également né des flancs du Parti africain de l’indépendance (PAI), il est créé en juillet 1981. Son premier Secrétaire général est Seydou Cissokho, un intellectuel de grande valeur, dont les diatribes sonnaient comme des rafales de mitraillette. Autant sur le plan de leur pertinence que dans l’analyse pointue des faits. D’obédience socialiste-communiste, son leader le plus charismatique reste sans nul doute Amath Dansokho. Combattant de la première heure, il a permis à cette formation politique d’occuper les devants et de créer des secousses sous les magistères de Diouf et Wade. Remplacé par Maguette Thiam puis par Mansour Sy, Amath Dansokho a semblé emporter l’attraction autour de ce parti politique. Et, les choses sont allées de mal en pis, depuis l’arrivée de Samba Sy qui a trouvé une formation politique vidée par ses militants et sympathisants. Dans le cadre de Benno, le Pit existe mieux à travers le réseau social Facebook en tenant compte des nombreuses sorties d’un de ses membres qui n’est autre qu’Ibrahima Sène. C’est cette «fenêtre» qu’il utilise mieux pour apporter des réponses sur des questions liées aux positions de certains leaders de l’opposition. Mais, à vrai dire, pour certains sénégalais, au Pit, il n’y a plus que des retraités.

AJ : LANDING A PERDU DE SA SAVEUR 

And-Jëf/Reenu-Rew puis And-Jëf/Parti africain pour la démocratie et le socialisme (Aj-Pads) a pratiquement la même histoire que l’ensemble des partis de la Gauche sénégalaise. Avec des révolutionnaires comme Landing Savané et Mamadou Diop Decroix qui sont des soixante-huitards, mais aussi hostiles à la guerre au Viêt-Nam, cette formation politique créé en 1973, aura marqué son temps. Aux côtés de Marie Angélique Savané, Oumar Blondin Diop et tant d’autres, Landing et Decroix ont osé marcher pour faire vivre au Sénégal, des années de gloire démocratique. Pour cela, ils ont dû payer le prix fort, avec de nombreuses arrestations et «déportations». A la présidentielle de 1993, le jeune Landing Savané, très populaire, avait tant bien mal réussi à se classer troisième derrière Abdou Diouf et Abdoulaye Wade.Allié du pape du Sopi en 2000, il fait partie de ceux qui ont fait tomber le régime socialiste. Compagnon des libéraux, il aura commis l’erreur de déclarer sa candidature, alors que le Sénégal était à quelques encablures de la présidentielle de 2007. Ce qui a causé le divorce avec son «ami» de plus de quarante ans de compagnonnage. Mamadou Diop Decroix, ayant préféré rester aux côtés de Wade, créant au passage la chute de ce monument de la Gauche.Et, depuis 2012, Landing devenu sans saveur, n’existe pratiquement plus dans l’échiquier politique sénégalais. Plus aucune sortie, plus aucune prise de position. D’ailleurs, ce n’est qu’en 2015, qu’il a indirectement été récompensé par le Président Macky Sall qui avait nommé Binta Bâ, ambassadrice du Sénégal au Togo. En vérité, que reste-t-il donc d’Aj ? Véritablement, c’est la fin d’un cycle.

Senegal7 avec A. MBOW