C’est ma femme qui m’entretient : Le virus « m’a tuer »

1

Employé King Fahd Palace (ex méridien Président) depuis 1991,B,Ndiaye fait partie des 176 agnets qui ne reçoivent , depuis mars, qu’une indemnité compensatrice équivalant à 70% de leur salaire. Mais une pareille situation, il affirme ne l’avoir jamais vécu de son vivant. Dans les ^pires scenarii, B.Ndiaye n’a jamais imaginé vivre au dépens des autres. Au crochet de sa femme de ses parents et amis, il explique comment le monde s’est effondré devant lui.

Les poches vidées par le Coronavirus, le verbe ampoulé de tristesse, B.Ndiaye vit présentement l’enfer.

Lâché par employeur, poursuivi par son logeur, le gousset vide ,il ne savait plus à quel saint vouer son sort.

« C’est une situation imprévisible, inédite. Ça nous a vraiment pris de court. Rien que pour la fête de Korité (Eid-El-Filtre) des gens m’ont aidé pour que je puisse la célébrer avec ma famille.

Comme nous sommes dans un pays de solidarité, certains m’ont donné des poulets, d’autres de l’oignon et de la pomme de terre.

Tous ceux qui sont au courant de ma situation, m’envoient de temps à autre de petites sommes. Ça fait mal de se faire aider comme ça ».

D’espérer de la pitié des autres pour pouvoir vivre. Surtout si les dons reçus ne couvrent même pas le 1/3 de ses besoins. Mais qu’on est tenu tout de même de prendre.Coronavirus oblige.

« On m’envoie parfois 20 à 30.000 FCFA. Je suis très reconnaissant envers ces gens-là qui font acte de solidarité agissante.

Malgré tout, je me sens parfois comme un mendiant et cela se manifeste par une certaine honte ». Une sensation à la fois humiliante et avilissante.

Comme si on était mort de l’intérieur. » on se sent abject, méprisable »,glisse-t-il sur les colonnes du journal Observateur.

B.Ndiaye par ailleurs qu’il s’est retrouvé avec zéro franc à la Banque. Que c’est grâce à sa femme qui est ménagère qu’il s’accroche.

Cette dernière débourse 35.000 FCFA pour la location pour un salaire de 60.000.Ensuite ,on se débrouille avec le reste. Voici l’histoire de B.Ndiaye qui indique sans détour que le virus « l’a tuer ».

Assane SEYE-Senegal7

Show Comments (1)