Accueil Actualités Chef de l’opposition : un statut à double tranchant

Chef de l’opposition : un statut à double tranchant

chef

A quelque encablure des élections, la division commence déjà à gagner les rangs de l’opposition. Le statut du chef de l’opposition est à l’origine d’une divergence de point de vue entre les opposants du pouvoir en place. Cette culture politique anglo-saxonne est un statut à double tranchant.

Un statut à double tranchant

 Être le numéro un de l’opposition en Afrique et reconnu par le pouvoir en place est un couteau à double tranchant.

Le chef de file de l’opposition bénéficie de droits et de devoirs encadrés par la loi. Il est considéré comme l’interlocuteur privilégié du pouvoir exécutif et peut demander à être reçu ou convoqué par le président de la République et le Premier ministre.

Il bénéficie, en fonction des pays, d’un siège ou de bureaux, reçoît des fonds de fonctionnement prélevés sur le budget national, et occupe une place de choix dans le protocole d’État.

Plusieurs pays d’Afrique francophone ont adopté un statut officiel de «chef de file de l’opposition». D’autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef. Mali, Burkina, Guinée, RDC…

Cependant, les avantages et privilèges prévus par les textes ont par ailleurs attisé les tensions au sein d’une opposition souvent divisée. Cette loi, loin de contribuer au renforcement et à la cohésion de l’opposition, est l’une des causes de son éclatement et de son affaiblissement.

En sus, avec ce statut, il est sûr que le chef de l’opposition ne peut plus jouer son rôle d’opposant vis-à-vis du pouvoir en place. Il perd ainsi sa crédibilité aux yeux de la population. Parce que non seulement il va travailler de concert avec le pouvoir en place, il sera obliger de jouer le rôle de médiateur ce qui n’est taillé à sa mesure.   

Jeu de diversion…

Au Sénégal, la seule certitude, c’est que les ambitions s’affichent autour du très convoité statut du chef de l’opposition. Ainsi, entre le parti libéral, le Pds qui domine l’opposition au parlement et le parti Rewmi arrivé deuxième lors de la dernière présidentielle avec 20% des voix, le torchon brûle, même si certains proches d’Idrissa Seck ont laissé entendre que cette question ne leur préoccupe guerre.

Cependant du côté du camp de l’ancien Maire de Dakar, Khalifa Sall, «le jeu de Macky Sall à propos du chef de l’opposition n’est autre que pire diversion.

 «Macky Sall est incapable de donner une carte d’électeur aux sénégalais ne peut parler de chef de l’opposition. Le parrainage a écarté plusieurs candidats et les résultats de la dernière présidentielle laissent à désirer.

Macky Sall a fait reculer le Sénégal sur le plan démocratique. Il veut un 3e mandat, c’est pourquoi il fait ce jeu de diversion avec le statut du chef de l’opposition pour diviser ses opposants», a soutenu Idrissa Diallo, maire de Dalifort. 

Pape Alassane Mboup-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici