Accueil Actualités Chef d’Etat no stop : La « troisième dimension »...

Chef d’Etat no stop : La « troisième dimension » !

chef

Pour aborder  notre réflexion, nous sommes amenés à  parler de « troisième dimension » relativement aux élucubrations du Chef de l’Etat Macky  Sall L’équation du 3e mandat. Le flou s’éclaircit d’un jour nouveau. Moustapha Diakhaté, Sory Kaba et  Me Moussa Diop ont été  prestement  limogés pour crime de lèse-majesté. La  » troisième dimension » procède de facto d’un coup de force majeur du président Sall  à l’encontre de la légitimité et de la légalité dont il jouit de la part des sénégalais. Forcer les portes de l’histoire, c’est cette viatique  dont il se délecte outre mesure.

La « troisième dimension » procède d’un hiatus, d’un chiffre, d’une vision politique anachronique mais aussi  d’un comportement dictatorial  d’un Chef qui veut à tout prix obtenir ce qu’il voudrait quitte à violer impunément la  charte fondamentale ou d’en créer un hic impossible à démêler aux yeux des spécialistes en droit.

Ce qui, au plan africain  embrasse par ricochet les présidents Alassane Dramane Ouattara et Alpha Condé. Le président Macky Sall, objet de notre réflexion ne déroge guère à la règle. D’abord, il a eu à minimiser  l’idée de briguer un 3e mandat avant de fidéliser ses compatriotes sur ce plan.

Ensuite, il s’est inscrit dans une dynamique de flouter son 3e mandat par ni oui ni non. Et enfin, les séries de limogeage de ses proches dont Moustapha Diakhaté, ancien ministre conseiller, Sory Kaba, ancien Directeur général des Sénégalais de l’extérieur et récemment, Me Moussa Diop  ancien Directeur Général de Dakar Dem Dik (DDD)  ont fini de convaincre les Sénégalais  de l’intention ferme  du Chef de l’Etat Macky Sall de briguer un troisième mandat.

Ce que la Constitution ne lui permet guère. Me Abdoulaye Wade ancien président de la République avait forcé le trait en s’obstinant à briguer un 3e mandat mais les résultats qu’il en a obtenus est connu de tous.

Aujourd’hui, son « fils spirituel » qui ne veut rien appendre de lui est grisé par le pouvoir au point de ne voir qu’un 3e mandat. Dans un Sénégal à genoux combiné aux effets collatéraux de la Covid-19 et d’un contexte macro et micro économique peu reluisant.

Quand un Chef d’Etat en arrive à être no stop, cela voudrait dire qu’il ne répugne plus  à piétiner la démocratie ne serait-ce que pour faire passer ses desseins et ceux de ses affidés. La « troisième dimension » risque d’embraser l’Afrique et le Sénégal et si l’on n’y prend pas garde. Surtout avec des Chefs d’Etat no stop !

Assane SEYE-Senegal7

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici