Accueil Actualités Cote d’Ivoire : « si je suis élu président, je ferai venir...

Cote d’Ivoire : « si je suis élu président, je ferai venir Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire. » dixit Alassane Ouattara

Cote

Depuis l’annonce du président Ouattara de vouloir briguer un 3ème mandat, les ivoiriens, surtout l’opposition n’est pas figée sur ses fauteuils. Des manifestations se sont éclatées dans plusieurs villes causant ainsi 25 morts. Les mécontentements continuent, pourtant nous sommes à quelques pas des élections présidentielles de 2020. Dans une de ses déclarations, pour essayer de calmer la colère des uns et des autres, le président Alassane dit : « Si je suis élu Président, je ferai venir LAURENT GBAGBO en Côte d’Ivoire. ». Il faut, en outre, signaler qu’en plus de la contestation de certains ivoiriens, le président Nigérian, lui-aussi, n’est pas favorable à un 3èmemandat, relate Mali oneline. 

« Face à ce cas de force majeure et par devoir citoyen, j’ai décidé de répondre favorablement à l’appel de mes concitoyens me demandant d’être candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. Je suis donc candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. » Avait déclaré le président Alassane Ouattara à la veille du 7 Aout date à laquelle Cote d’Ivoire accéda à son Indépendance.

L’annonce a surpris plus d’un, des manifestations se sont éclatées dans plusieurs localités qui ont fait des morts. L’opposition ivoirienne a montré son mécontentement, pour beaucoup, cette annonce a sonné comme une trahison à sa parole et à la constitution.

Vu la colère d’une grande partie des ivoiriens qui ne sont d’avis avec son ambition, le président Ouattara essaie de toucher sur la sensibilité des partisans de l’ex-président Gbagbo« Si je suis élu Président, je ferai venir LAURENT GBAGBO en Côte d’Ivoire. »a-t-il déclaré dans l’un de ses discours politiques. Quelques jours après son investiture comme candidat du RHDP. Tout esprit mature est forcé de poser la question suivante : ‘’Qui est l’actuel Président de la Cote d’Ivoire ?’’

Ensuite, il faut remarquer que son propos semble être  un chantage qu’il fait au peuple ivoirien qui réclame le retour en Côte d’Ivoire du président Laurent GBAGBO. En d’autres termes, Ouattara souhaite qu’on accepte qu’il se maintienne illégalement au pouvoir, et en retour il fait respecter les Droits de Gbagbo en lui octroyant son passeport afin qu’il puisse rentrer chez lui.

Lors du 57e sommet de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le Nigérian s’est prononcé sur la question des mandats de plus. Muhammadu Buhari a demandé à ses pairs de la CEDEAO de se garder d’aller au-delà des délais réglementaires. « Il est important qu’en tant que dirigeants de nos différents États membres de la CEDEAO, nous respections les dispositions constitutionnelles de nos pays, notamment en ce qui concerne la limitation des mandats », a invité le président du Nigéria qui s’exprimait face à ses homologues à Niamey au Niger.

« C’est un domaine qui génère des crises et des tensions politiques dans notre sous-région »,a fait savoir le président nigérian. Il ajoute: « la sous-région fait face à d’énorme défis, qu’il s’agisse de la situation socio-économique ou des questions de sécurité. La Cédéao ne peut pas se permettre une autre crise politique …Je demande à tous de résister à la tentation de se maintenir au pouvoir au-delà des limites constitutionnelles ».

Le sujet du respect de la limitation des mandats supplémentaires est en question dans des pays de la sous-région ouest-africaine. En Côte d’Ivoire, le débat a cours sur un troisième mandat. Le président Alassane Ouattara en fin de son deuxième mandat s’engage à se succéder à lui-même. Pour la mouvance présidentielle, avec le vote et l’adoption d’une nouvelle Constitution en 2016, la Côte d’Ivoire est dans une nouvelle République, ce qui implique une remise à plat des compteurs.

La troisième candidature est donc perçue comme la première de la nouvelle République. C’est une interprétation que rejette l’opposition politique. Pour elle, le projet d’Alassane Ouattara est anticonstitutionnel. Aussi, entend-elle combattre cette candidature.

Par ailleurs, revenant également sur la récente rencontre de Paris entre les présidents Emmanuel Macron et Alassane Ouattara, le chef d’État français a marqué son désaccord à l’ambition de son homologue ivoirien de vouloir se succéder à lui-même pour la troisième fois de suite. Les élections sont maintenues pour le 31 octobre 2021, a insisté le chef de l’État de retour de sa tournée internationale. La liste des différents candidats retenus par le Conseil constitutionnel sera publiée à la mi-septembre.

Assane SEYE-Senegal7

 

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici