L'Actualité en Temps Réel

Covid-19 : Le Sénégal se relâche, les cas de décès se déchaînent…

3

Le Sénégal va vers une catastrophe sanitaire. La Covid-19 progresse de manière exponentielle au Sénégal. Avec l’indifférence quasi-totale des populations chez lesquelles, il est remarqué un relâchement injustifié devant l’ampleur des cas. En un mois, 3166 nouveaux sont venus s’ajouter aux 2617 enregistrés. A cela s’ajoute une multiplication des cas graves qui font exploser le nombre de décès notamment à Dakar, qui sont en moyenne de  trois (3) par jour depuis le 14 mai.

Le Relâchement aux conséquences désastreuses…

Depuis l’irruption du Sars-Cov-2 au Sénégal, les autorités ont pris une batterie de mesures parmi lesquelles, la fermeture des frontières, l’instauration de l’état d’urgence ,assortie de couvre-feu, limitation des déplacements, fermeture des lieux de culte, interdiction du transport interurbain, le port de masque  rendu obligatoire ect. afin de freiner la propagation du Coronavirus. Du respect de ces mesures, les populations ont désormais relégué la Covid-19 au second plan au moment où la situation est plus critique que jamais. Un relâchement inquiétant noté malgré l’explosion des cas d’infection au Coronavirus. Le « vivre avec le virus », suggéré par le Président Macky Sall a vraisemblablement accentué l’insouciance de nos compatriotes dont le moindre souci est autre que de se prémunir.

Une communication défaillante…

S’il y’a quelque chose qui a été le plus décrié durant cette crise entrainée par la pandémie de la Covid-19, c’est bien la communication gouvernementale. Celle-ci, telle qu’elle a été déroulée depuis le début n’a pas permis aux populations de s’approprier la lutte contre le virus pour freiner sa propagation. Certains iront même jusqu’à ne point croire à l’existence de la maladie  malgré les ravages qu’elle ne cesse de faire  en Europe, aux Etats-Unis, en Amérique du Sud, en Inde et ailleurs. Le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale, en dépit des multiples annonces sur les stratégies en mettre en oeuvre en termes de communication, n’a pratiquement pas réussi ses interactions avec les communautés qui soupçonnent des manipulations sur les chiffres. Une situation qui a d’ailleurs attiré l’attention de beaucoup d’observateurs et de spécialistes de la santé qui invitent les autorités à intégrer les socio-anthropologues pour analyser ce phénomène d’explosion des cas et proposer des solutions de communication comme le suggère l’épidémiologiste Pr Massamba Diouf…

Explosion incontrôlée des cas communautaires…

« Le Sénégal aurait pu stopper la propagation du virus, s’il y avait une maîtrise de cette chaine de contamination communautaire. Malheureusement, constate le professeur Moussa Seydi dans les colonnes du journal l’Observateur, «la contagion communautaire est là, on y est, donc c’est trop tard. Sans cette contamination communautaire, on aurait dû arrêter l’épidémie très rapidement, en quelques semaines ». Une situation causée sans aucun doute par le non respect des gestes barrières, souvent négligés notamment dans les lieux publiques. Un constat suffisant qui montre que les sénégalais devront encore vivre plus longtemps avec le virus avec les cas de décès que cela va entrainer…

Des cas de décès qui se multiplient…

Depuis l’incursion du Sars-Cov-2 au Sénégal, 82 cas décès ont été officiellement déclarés par le ministère de de la santé et de l’action sociale. En une semaine, 693 cas d’infection ont été notées et 22 cas de décès. En effet le 14 juin dernier, les services d’Abdoulaye Diouf Sarr faisaient état de 5090 cas et 60 décès. Mais l’augmentation des cas graves (plus de 100 cas graves depuis le 02 mars) a augmenté les risques de décès lié à la Covid-19 notamment chez les personnes âgées et les patients souffrant de maladies chroniques telles que le Diabète, l’hypertension, la drépanocytose entre autres…

L’OMS tire la sonnette d’alarme

Jeudi dernier, l’Organisation Mondiale de la Santé (Oms) sonnait l’alerte. 150.000 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés dans le monde le même jour, un record depuis le début de la pandémie. Selon l’Oms, avec le déconfinement, le monde est entré dans une phase dangereuse», Et près de la moitié de ces nouveaux cas se trouvent sur le continent américain. Pendant ce temps au Sénégal également, les contaminations explosent. 144 cas positifs ont été relevés ce samedi dont 16 cas communautaires et 82 décès.

Au total, 5783 cas ont été enregistrés depuis le 2 mars 2020, dont 3859 guéris et 1841 personnes sous traitement.

La situation épidémiologique est déjà critique au Sénégal. si l’on n’y prend pas garde, l’on va inexorablement vers une catastrophe sanitaire. Il est alors temps que les populations prennent conscience du danger qui les guette et pour les autorités de réajuster tout ce qui n’a pas marché jusque-là en terme de stratégies de lutte.

 

A.K. Coulibaly – Senegal7

Afficher les commentaires(3)