Accueil Actualités Dans le temps : L’Apr survivra-t-elle à son fondateur ?

Dans le temps : L’Apr survivra-t-elle à son fondateur ?

fondateur

L’actuel parti au pouvoir, l’Apr, souffre de sa non-structuration et cela a des conséquences dans son bon fonctionnement. Son Président, Macky Sall qui refuse d’aborder la question, s’est rendu à l’évidence que sa formation politique souffre beaucoup en ce sens.

Ce, comme en atteste son dernier SEN. L’Apr, toujours dans le registre du «provisoire», obligeant son Président a s’engagé désormais à tout prendre en charge.

A l’Apr, tout le monde est sur le même pied, et si Macky Sall ne procède pas à sa structuration, il sera difficile de savoir qui sera mis en incubation pour diriger les troupes beige-marron en 2024. Ce qui suscite des interrogations : l’Apr va-t-elle survivre à son fondateur ?

Macky, la réalité en face  

La question sur la vie de son parti, notamment avec les cotisations mensuelles a permis à Macky Sall de se rendre à l’évidence que sa formation politique est loin d’être un parti structuré qui va lui survivre.

« Vous n’avez pas honte. Comment pouvez-vous manquer de générosité à ce point à l’endroit du parti qui a tant fait pour vous», avait tempêté Macky Sall qui a pris part jeudi dernier, à la réunion du Secrétariat exécutif national (SEN) de l’Alliance pour la République (APR) par visio-conférence.

 Le Président de l’Alliance pour la République conçoit mal que les membres du SEN de l’APR ne s’acquittent pas de leurs cotisations mensuelles. En effet, selon L’Observateur, Macky Sall a piqué une colère noire quand lors de cette réunion, le trésorier du parti, Abdoulaye Badji, a présenté l’état financier du parti.

Les 60 membres du Secrétariat exécutif national (SEN) peinent à réunir les 6 millions de cotisations mensuelles. Seulement la somme de 1 million est réunie par mois, ce qui a poussé Macky Sall à traiter ses responsables de pingres à l’endroit de cette formation politique « qui a tout fait pour eux ».

Face à « ce comportement est inadmissible et scandaleux », Macky Sall s’est engagé, désormais, à tout prendre en charge, selon le journal.

 Toujours dans le registre du «provisoire»

Les conditions précipitées dans lesquelles l’Alliance pour la République (APR) a été portée sur les fonts baptismaux ne laissaient pas la possibilité de la structurer du sommet à la base. Il fallait rapidement donner à l’APR une implantation nationale.

On était à quelques mois des élections locales et trois ans de la présidentielle de 2012. Tenter une structuration pour un parti naissant était le moyen le plus sûr pour l’enterrer prématurément face aux mastodontes (PDS, PS, AFP) qui occupaient le landerneau politique.

Il fallait donc faire passer les questions au second plan. Et mettre en place rapidement une structure provisoire pour conduire le parti naissant en direction des locales et de la présidentielle.

Même s’il est resté jusqu’à présent dans le registre du « provisoire » qui s’est éternisé, le parti présidentiel a vocation à être structuré comme toute formation politique digne de ce nom.

D’ailleurs, les textes du parti ayant pour emblème le cheval prévoient une structuration très professionnelle de l’Apr. le chapitre ii, composé des articles 7 jusqu’à 19, énumère les instances devant composer l’organisation du parti républicain.

Toutefois, de ces multiples instances, une seule est fonctionnelle : le Secrétariat exécutif national (Sen) dont le chef est évidemment le président du parti Macky Sall. Le Sen est l’organe de direction du parti. Il compte 35 membres au moins tous nommés par le président du parti.

L’Apr va-t-elle survivre à son fondateur ?

C’est toute la question. Aujourd’hui, les responsables de l’Apr semblent croiser les bras et laisser Macky Sall seul gérer le parti.Car, comment comprendre que les 60 membres du Secrétariat exécutif national (SEN) peinent à réunir 6 millions de cotisations mensuelles.

Seule la somme de 1 million est réunie par mois. Et du fait des calculs, principalement avec le dernier mandat de Macky Sall, personne ne veut prendre les devants. Chaque responsable garde jalousement ses avantages, car, l’on ne sera pas de quoi demain sera-t-il fait.

Ce qui montre à suffisance que l’Apr aura tous les problèmes pour survivre à son fondateur, Macky Sall.

Pape Alassane Mboup-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici