L'Actualité en Temps Réel

Diackgate : Corruption présumée ou cabale montée de toute pièce !

1

L’affaire Lamine Diack du nom de l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF),Lamine Diack fait toujours parler d’elle. C’est un scandale qui porte depuis des années un coup terrible à l’image du sport mondial. Soupçonné d’avoir étouffé des cas de dopage russe en  échange de pots de vin en 2011,  le procès s’est ouvert ce lundi 8 juin à Paris. Mais la question que se pose les Sénégalais et les Africains, c’est de se demander à quoi rime tout cet acharnement sur le premier noir à avoir présidé aux destinées de cette instance internationale de l’athlétisme ?

A l’évidence, Lamine Diack fut le premier nir à avoir pris la tête de la fédération internationale d’athlétisme.

À 86 ans, le Sénégalais, qui a régné de 1999 à 2015 sur l’IAAF est soupçonné des délits de corruption active et passive, abus de confiance et blanchiment en bande organisée.

Il risque jusqu’à dix ans de prison et une lourde amende. Mais l’audience a tourné court.

Dès l’ouverture, les procureurs financiers ont demandé son renvoi, au motif de l’arrivée très tardive sur leur bureau d’actes d’enquête qui avaient été demandés par les juges d’instruction en 2016 et auxquels la justice sénégalaise n’avait jusque-là jamais donné suite .

Parmi ces éléments, une audition du fils de Lamine Diack, l’ancien puissant conseiller marketing de l’IAAF, Pape Massata Diack, réfugié à Dakar depuis l’arrestation de son père, novembre 2015, et qui a toujours échappé à la justice française.

Lamine Diack a reconnu durant l’enquête avoir permis que des sanctions disciplinaires contre des athlètes russes soupçonnés de dopage soient retardées, à partir de fin 2011, en échange d’un financement de Moscou à hauteur d’1,5 million d’euros pour faire battre le sortant Abdoulaye Wade à la présidentielle sénégalaise de 2012, finalement remportée par Macky Sall.

Mais au-delà des effets de manches des occidentaux qui semblent s’acharner sur les Diacks,il nous revient d’affirmer sans risque de nous tromper que cette affaire relèverait  d’une cabale montée de toutes pièces par des occidentaux en mal de reconnaissance au niveau de l’athlétisme mondial.

Pour démontrer combien ce dossier est un complot, le juge Renaud Van Ryumbeke avait  opté pour la mise en scène et la théâtralisation de la procédure.

Il implique des Etats (la Russie, le Sénégal) pour ensuite alimenter la presse en informations sensationnelles. Il pose les actes d’une justice spectacle sans rendement.

L’ancien Président de l’IAAF a été arrêté, alors qu’il répondait à une invitation du Comité Olympique de France. Il a été piégé par ces français car en répondant à cette invitation, il ne s’attendait pas à être arrêté. Il sera enlevé à l’aéroport CDG puis cuisiné.

Pourquoi n’a-t-on pas convoqué clairement Lamine Diack  dans le cadre d’un commission rogatoire internationale. Jusqu’au moment où nous mettions sous presse, jamais Lamine Diack n’a financé la campagne de Macky Sall.A la limite, Lamine Diack s’est retrouvé devant des accusations qui pleuvent sans qu’aucune preuve ne soit étayée à ce niveau.

Certes, pour ne pas donner l’impression que nous défendions aveuglément Lamine Diack, nous prenons acte du fait qu’il a reconnu durant l’enquête avoir permis que des sanctions disciplinaires contre des athlètes russes soupçonnés de dopage soient retardées, à partir de fin 2011, en échange d’un financement de Moscou à hauteur d’1,5 million d’euros pour faire battre le sortant Abdoulaye Wade à la présidentielle sénégalaise de 2012, finalement remportée par Macky Sall.

Mais à part cela, toutes les autres accusations ne relèveraient que de la fiction d’un monde occidental qui en veut à un fils de l’Afrique.

De toute évidence, tout va s’éclairer d’un jour nouveau car le fait que Lamine Diack  ait élargi l’IAAF aux pays comme la Russie ,les Corée et d’autres pays qui n’étaient pas impliqués jusque-là, a  indubitablement soulevé des vagues du côté des Français qui n’ont pas du tout apprécié cela.

Car, ils voulaient rester les seuls à financer l’athlétisme mondial et d’en être les lobbies attitrés. Malheureusement pour eux !

Assane SEYE-Senegal7

 

 

 

Afficher les commentaires(1)