Accueil Actualités Gagner la bataille de Dakar et la guerre nationale contre la COVID-19.

Gagner la bataille de Dakar et la guerre nationale contre la COVID-19.

Mamadou Ndione Cosec

La situation de la pandémie COVID-19 au Sénégal montre ce 30 mai 2020 que plus de 70% des cas constatés l’ont été dans la région de Dakar. Cela veut dire que le combat est certes national, mais il est d’abord régional et dakaro-dakarois.

La lutte contre la COVID-19 à Dakar comme dit et redit par tous doit prendre en compte une approche communautaire vigoureuse et un engagement total de tous les acteurs pour, en plus de l’action classique de sensibilisation, imposer le respect des gestes barrières dans tous les coins et recoins de la région qui a une densité moyenne d’environ 6 000 habitants au km2 dans un pays où la densité moyenne est inférieure à 90 habitants au km2.

On voit là le véritable problème, et notre avis est que la sensibilisation doit avoir aussi un versant coercitif intelligent et sans concession pour casser la chaîne de transmission communautaire. La pluralité des zones tous les jours de détection de cas communautaires montre que le virus circule vite dans toute la région de Dakar.

S’il est vrai que toutes les mesures prises par l’Autorité ont été salutaires et ont permis de mieux contenir la transmission, nous devons convenir qu’au moment où la majorité des sénégalais appliquent les gestes barrières, il est désolant de constater la désinvolture de nombreux citoyens dans le non-respect du port correct de masque. Cette banalisation d’un geste élémentaire dénote d’un manque d’engagement individuel que la Communauté doit prendre en charge.

L’espace public a ses règles auxquelles chaque individu doit se soumettre. Il va falloir rappeler à l’ordre avec vigueur ceux qui violent les règles et qui se mettent en danger avec le risque de transporter ce même danger vers les personnes les plus vulnérables. Ils sont certes minoritaires ceux qui ne respectent pas les gestes barrières, mais ils ont atteint un seuil critique capable d’annihiler les efforts consentis par majorité.
C’est pourquoi dans cette nouvelle approche d’engagement communautaire plus prononcé, il nous semble important de s’appuyer sur les cinq-cents soixante-dix (570) ASC de Dakar affiliées au mouvement navetane pour quadriller toute la région sous la houlette des structures de santé et des forces de défense et de sécurité afin de mener une opération coup de poing ininterrompue durant le mois de juin.

Avec vingt (20) volontaires par ASC, on aura au moins onze mille quatre cents (11 400) jeunes qui vont pendant les trois premières semaines de juin sillonner la région de Dakar afin de veiller au respect des gestes barrières.
Ces jeunes pourront être répertoriés dans une plateforme pour, en temps réels agir pour un respect du port de masques et des autres gestes barrières. En cas de refus d’obtempérer des fautifs, ces jeunes devront remonter les informations au niveau d’une structure d’intervention rapide composée de brigades mixtes (police et gendarmerie) qui vont sillonner la région pour dissuader les comportements inappropriés de certains citoyens.
Il est clair qu’une lutte contre la COVID-19 à Dakar et même sur toute l’étendue nationale doit privilégier une application du port correct de masque par tous. Beaucoup de compatriotes hélas dans l’espace public mettent le masque sous le nez ou carrément sous le menton au moment où d’autres gaillards qui vaquent à leurs occupations n’en mettent pas du tout. C’est la triste réalité dans les quartiers, coins et recoins de tous les départements de la région de Dakar.

Il faut en tout lieu public et en tout temps appliquer des amendes pécuniaires dissuasives suivies d’interpellations pour non port de masques.Les cinq-cents soixante-dix (570) ASC de Dakar avec leur onze mille quatre cents (11 400) jeunes volontaires plus les autres structures communautaires peuvent largement aider dans la facilitation du travail des autorités médicales et administratives.

Si nous faisons durant les trois premières semaines de juin une opération coup de poing ininterrompue à Dakar, nous aurons s’il plait à Dieu un résultat positif et irréversible dans toute la région dans la dernière semaine de juin. Ce même dispositif pourrait être aussi mis en place au niveau des régions de Thiès et Diourbel ainsi que dans toutes les capitales des onze autres régions du Sénégal.

La bataille de Dakar est largement à notre portée si ensemble, nous retroussons nos manches et agissons.
Dakar à l’obligation citoyenne de freiner la transmission communautaire du virus. Dakar doit cela au Sénégal. Ceux qui ont leurs activités à Dakar sont tous interpellés pour faire de ce combat une affaire personnelle et collective.
Au-delà de Dakar, c’est tout un peuple qui est interpellé pour remporter la victoire.
Impossible n’est pas Sénégalais. Les lions nous l’ont démontré le 31 mai 2002 devant une équipe de football championne du Monde sortante.

En 2020, célébrant cette belle victoire de la génération 2002 devant les champions du Monde de 1998, ce sont 16 millions de lions qui doivent remporter la victoire devant la COVID-19. Nous devons cette victoire aux personnes les plus vulnérables parmi lesquelles nos braves anciens qui ont contribué à ce que nous sommes. La protection des personnes vulnérables est une œuvre noble et collective. Nous devons plus que de le comprendre, le faire comprendre et appliquer par tous, par tous les moyens.

Par Mamadou NDIONE
DG du COSEC