L'Actualité en Temps Réel

International et Sénégal : Macky adulé et acculé

Nul ne peut affirmer le contraire. Le Sénégal, par sa stabilité politique et son ouverture démocratique avec des élections présidentielles qui permettent des alternances démocratiques (2000 et 2012), est respecté à travers le monde.

Adulé à l’international

Sa diplomatie a également beaucoup pesé sur le plan international. Et, ce n’est pas pour rien que le Président Macky Sall est adulé sur le plan international. En dehors d’être Président du Sénégal, qui n’a jamais connu de coup d’état, en passe de devenir pays exportateur de pétrole et de gaz, il préside aussi aux destinées de l’Union africaine. Bien écouté et respecté par ses pairs, le Président Macky Sall ne cesse également de marquer des points à travers des prises de position qui concerne la marche en avant du continent africain. De l’Assemblée générale des Nations-Unies en passant par la Cop 27 et le sommet du G20, il a porté de forts plaidoyers qui ont permis de voir un homme structuré dans ses développements et surtout ambassadeur de son pays et de l’Afrique. Quoi que l’on puisse dire, des points, il en gagne à chaque sortie sur le plan international.

Sur la table des dirigeants les plus puissants, il multiplie les prises de parole lors de rencontres qui intéressent l’opinion publique nationale et internationale. Donc, c’est un secret de polichinelle que d’affirmer qu’il est adulé à travers le monde. D’ailleurs, sa dernière sortie au cours du sommet du G20 a cristallisé les attentions et a créé le débat.

« Je rappelle notre demande d’octroi d’un siège à l’Union Africaine au sein du G20, pour que l’Afrique puisse, enfin, se faire représenter là où se prennent les décisions qui engagent un milliard quatre cents millions d’africains », a-t-il plaidé devant Joe Biden Emmanuel Macron, Olaf Scholz, entre autres.

À lire aussi : G20 : MACKY SALL RÉITÈRE SON PLAIDOYER POUR UN SIÈGE PERMANENT DE L’AFRIQUE À L’ONU

Un autre élément non moins négligeable est sa rencontre avec Vladimir Poutine qu’il a persuadé d’ouvrir un corridor pour le transfert des céréales ukrainiennes, là où des dirigeants des pays développés ont échoué. Une démarche salutaire qui a fait le tour du monde, même si elle a critiqué dans certains pays africains.

Acculé au Sénégal 

Toutefois, force est de reconnaitre que le Président Macky Sall est fortement acculé au Sénégal. Cela étant essentiellement dû à sa gestion du pays sur nombre de questions à incidence économique et sociale. Au-delà d’un Plan Sénégal émergent qui est critiqué par certains spécialistes des questions économiques, il est mis sur la table un niveau d’endettement jugé exponentiel. A titre d’exemple,  la dette publique du Sénégal la dette publique s’élève à 73,2% en 2021 et projetée à 75.1% en 2022. La faute à des projets vus comme étant financièrement faramineux à l’image du Train express régional avec près de 800 milliards sur 35 kilomètres, non sans tenir compte du Bus rapid transit (BRT) qui est arrêté à la somme de 300 milliards francs CFA. S’il est vrai qu’un pays a besoin d’infrastructures dans son élan de développement, plus voix se sont levées pour indiquer que les coûts sont exorbitants.

Sélectionné pour vous : ALIOUNE TINE INVITE MACKY SALL, À EMBRASSER UNE CARRIÈRE INTERNATIONALE.

Par ailleurs, le Sénégal n’arrive pas à sortir de la zone rouge en ce qui concerne la lutte contre la corruption. Les derniers rapports de Transparency international en sont une parfaite illustration. Sur la même lancée, les rapports des corps de contrôle qui épinglent nombre de hautes autorités au sommet de l’Etat sont rangés dans les tiroirs de l’oubli, en plus de fortes présomptions de détournements de deniers publics, de contrats opaques, entre autres. Il y a également les nombreux dossiers sous les «coudes» du Président Macky Sall. Toutes choses qui ont fini de créer un vaste mouvement de dénonciations au point que certains défendent qu’il est temps « d’en finir avec un régime de prévarication ». C’est dire que le Président Macky Sall subit de fortes critiques au Sénégal au point de créer un sentiment de rejet chez une importante couche de la population sénégalaise. Les résultats des élections locales et des législatives le prouvent aisément.

Lire aussi : KHALIFA SALL DÉNONCE LA MAL GOUVERNANCE DE MACKY SALL

Au-delà de ces constats, il y a aussi la perception d’une justice à double vitesse. Sous son magistère, ce sont des dizaines de sénégalais qui se sont retrouvés en prison pour des considérations d’approche politique. Non sans tenir compte de ce qui est considéré comme «élimination voulue» d’adversaires politiques à l’image de Karim Wade et de Khalifa Sall. Ce n’est pas tout. Et pour cause, le bilan immatériel du Président Macky Sall est également pesant. Entre se dédire à propos de la signature du décret pour son petit-frère Aliou Sall, la présence familiale dans les sphères de décision, les soupçons d’un reniement en ce qui concerne sa probable troisième candidature, mettent le Président Sall dans une position où les critiques fusent de partout. Et, la tâche noire de son mandat, reste encore les quatorze personnes tuées lors des évènements de mars 2021 sans une enquête sérieuse pour situer les responsabilités. En plus de tout cela, sur le plan social, les contestations ne manquent pas par rapport à l’inflation (même si les prix ont connu une baisse), des grèves dans plusieurs secteurs professionnels.

Senegal7