L'Actualité en Temps Réel

La République n’est pas un vain mot [ PAR Boubacar Mohamed SY]

Par mes soins, à cinq mois avant les législatives, il a été écrit et publié sur le site et le journal l’info une réflexion dénommée comme suit :

La République pourrait-elle être en danger au sortir des élections législatives.

L’auteur, que je suis, avait conclu ses développements par un grand OUI.

Il n’était guère amené de doutes sur nos institutions encore perfectibles. Elles peuvent permettre et réguler le jeu démocratique sans soucis.

Il était plutôt amené doutes sur la capacité des hommes politiques à cohabiter de façon responsable et patriotique si le peuple décidait de cette situation non pas juridique mais strictement politique. La cohabitation est imposée, partout où elle existe, par le jeu politique notamment le rapport de force du moment.

Tant bien même qu’il n’y a pas eu de cohabitation au sortir des dernières élections législatives mais un rapport de force imparfaitement équilibré, on aura vu, le jour de l’installation de l’Assemblée Nationale, ce que ça pouvait donner à force presque égale.

Une opposition qui a fait preuve d’irresponsabilité totale en voulant bloquer d’emblée le vote devant aboutir à la désignation du Président de l’Assemblée Nationale.

Les sénégalais, en majorité, en étaient sortis stupéfaits et véritablement surpris.

Cependant, avant de revenir sur le cas des opposants, il serait intéressant de s’appesantir sur le cas de la députée et non moins tête de liste de la coalition Benno Bokk Yakaar, Madame Aminata Toure.

Il est déplaisant de parler de Madame Aminata Touré pour porter critique négative sur elle.

En effet, elle a su relever un défi. Celui de faire face à cette opposition, de ferrailler avec elle. Elle l’a réussi, cette mission, avec brio et beaucoup de maestria.

D’ailleurs, beaucoup de personnes à sa place n’auraient mieux fait.

Il serait, en conséquence et nonobstant ses délations expliquées par son état de femme découragée, malsain de lui dénier un mérite somme toute incontestable.

Elle a fait preuve de rigueur et de pertinence dans toutes ses sorties non sans oublier de mettre une dose de sarcasme ou de raillerie devant une opposition beaucoup de fois aux abois.

Elle a également, il y’a moins d’un moins, rappeler les qualités exceptionnelles d’homme d’Etat du Président de la République.

Le rappel est bon pour l’honorer et le féliciter de ce travail bien fait mais aussi pour témoigner de son sentiment envers celui avec qui elle a cheminé pendant plus de quinze années.

Cela nous incombe, nous militants du Benno Bokk Yakaar.

Cependant, le travail de diriger une liste n’est pas le même que celui de présider l’Assemblée Nationale.

Le Président de la République, qui connaît bien ses troupes et qui fût par le passé Président de l’Assemblée Nationale, à cet effet, est le seul apte en à juger.

Il a eu raison de miser sur Madame Aminata Toure pour diriger la liste. Elle est revenue avec un résultat apprécié diversement.

C’est encore le President de la République qui juge du meilleur profil, parmi ses lieutenants élus et d’égale dignité, pour occuper le très stratégique poste de Président de l’Assemblée Nationale.

Cela a toujours été le cas d’ailleurs, sans contestations constatée des autres, quand il s’est agi de nommer Mme Toure au détriment d’autres pourtant valeureux, travailleurs et vainqueurs nettes et sans bavures des élections locales comme législatives.

Il faut convoquer, soit dit en passant, l’histoire pour confirmer que ce n’est pas toujours la tête de liste gagnante qui est portée à la tête de l’hémicycle. Tant bien même qu’il serait opportun de rappeler que toutes les anciennes têtes de liste n’ont pas eu une majorité étriquée comme celle de Madame Touré.

Pour rappel, seuls Macky Sall et Moustapha Niasse respectivement en 2007 et 2013 ont dirigé des listes puis gagné les élections législatives et portés, au final, à la présidence de l’Assemblée Nationale.

Un petit cours de l’histoire politique récente nous fait savoir que pour les élections législatives 1983, c’est Habib Thiam qui avait dirigé la liste. Monsieur Daouda Sow a hérité du perchoir.

En 1993, c’est Monsieur Abdou Aziz Ndaw qui est élu Président de l’Assemblée Nationale alors qu’il n’avait pas dirigé la liste.

En 1998, c’est feu Ousmane Tanor Dieng qui était tête de liste chargé de faire gagner le Parti Socialiste en perte de vitesse. Une fois la mission accomplie, c’est Cheikh Abdou Khadre Cissokho qui est élu Président de l’Assemblée Nationale.

En 2002, Idrissa Seck, Ministre d’Etat et Directeur de cabinet du Président de la République, dirige la liste nationale et gagne les élections. C’est Youssou Diagne inconnu du giron politique qui est porté à la tête du perchoir.

On peut continuer jusqu’à 2017 ou Mouhamed Boun Dionne dirige la liste, gagne et cède le perchoir à Moustapha Niasse pourtant Président en exercice de l’Assemblée Nationale et tête de liste sortante.

Le Président de la République a nommé Mme Aminata Touré aux postes les plus stratégiques de l’Etat au détriment d’autres camarades s’étant tout autant ou plus sacrifiés.

C’est donc l’occasion de rappeler à la raison l’ex Premier Ministre et Président du Conseil Économique Social et Environnemental.

Elle l’a dit. Que le Président Macky Sall est un homme de parole. Qu’elle le croit. Cela est la preuve que le poste de Président de l’Assemblée ne lui était promis.

Tout aussi, de par ses prises de parole sur fond de déballages, qu’elle ne donne raison au Président de la République de n’avoir porté son choix sur elle.

L’une des forces d’un homme d’Etat, c’est savoir se contenir tant bien même qu’on touche le fond intérieurement.

Si à chaque fois qu’on est découragé, on se lance dans des déballages pour ne dire fabulations , c’est parce qu’on est indigne de confiance.

Fabulations parce qu’à la question du journaliste de TV5 sur les supposés liens de parenté du nouveau Président de l’Assemblée Nationale à la famille Sall, l’ex PM n’a pu les établir se contentant de rappeler le nombre de kilomètres parcourus, Ô impressionnant, pour battre campagne.

Il est compris, en indexant la belle famille du Président de la République, vouloir cogner très mal.

Ce n’est pas bien d’autant que Mame Amadou Diop est Maire en exercice, réélu et député pendant longtemps.

Ça ne peut être que par son seul mérite et par la confiance que lui accordent les populations locales du nord du Sénégal.

Cette dernière vérité est tout aussi incontestable.

Il est préconisé à Madame Aminata Toure un retour à côté de celui qui l’a fait échelonner, avec tous les honneurs et toutes les responsabilités, dans le gouvernement de la République du Sénégal. Il ne faut qu’elle touche le fond à travers des attaques dénuées de fondement ou impossibles à prouver et qui, IN FINE, pousse à penser que tout sacrifice n’est en faveur de la RÉPUBLIQUE ou dans le but de stopper certains dangereux pour la RÉPUBLIQUE, tel invoqué inlassablement durant sa campagne par notre tête de liste, mais pour uniquement l’obtention d’un poste de prestige que beaucoup peuvent occuper valablement et avec mérite.

Revenons aux opposants,

S’ils ne respectent les détenteurs du pouvoir ; attitude d’une gravité extrême, qu’ils respectent quand même les institutions de la République.

L’hémicycle, le jour de l’installation des députés, a été le théâtre de beaucoup d’enfantillages et d’irresponsabilité de leur part.

Pour preuve, l’opposition n’a eu raison de contester la présence des ministres élus députés à qui les lois et règlements d’application de l’article 54 de la constitution donnent huit jours, au moment de leur installation, à opérer un choix entre les deux postes ; d’abord, par le fait aussi qu’elle finit, comme tardivement ramenée à la raison, par accepter ce qu’elle conteste au départ ; ensuite.

En clair et relativement au deuxième point, l’opposition prend toujours conscience des ses turpitudes qu’à la fin du jeu après avoir ameuté, fatigué et même lésé tragiquement les populations.

Face à ce constat, on ne peut que s’indigner de leurs attitudes aux antipodes des exigences républicaines.

À ce titre, rappeler que la République n’est pas un vain mot.

Elle a un contenu, une signification que beaucoup devraient aller s’approprier.

Boubacar Mohamed SY

Conseiller municipal / Commune de Patte d’oie.