L'Actualité en Temps Réel
xbet bannière

Le Dièse de Sara: lorsque le peuple devient spectateur de son destin

Premierbet

Aujourd’hui s’est ouvert le dialogue national tant attendu au Sénégal. Les débats, qui se tiennent dans ce contexte particulier, sont scrutés de près par l’ensemble de la population. Nombreux sont ceux qui se demandent quel sera l’impact de cette absence massive de candidats sur les discussions en cours et sur les décisions qui en découleront. En effet ce dialogue est marqué par l’absence remarquée de seize des dix-neuf candidats retenus par le Conseil constitutionnel. Le Dièse s’interroge !

 

Les critiques fusent déjà à l’égard de ce dialogue . Certaines grandes organisations de la société civile ainsi que plusieurs candidats recalés ont rejeté l’invitation à y participer, arguant qu’il manquait de sens et de légitimité l’ont serait à ce demander s’ils n’ont raison… le passé est encore frais. Leur refus de prendre part à ces échanges met en lumière les profondes divergences et le manque de confiance qui persistent au sein de la scène politique .

Ma modeste personne a du mal à comprendre que le président de la République soit en train de placer le pays dans une telle situation après avoir promis publiquement de respecter les recommandations du Conseil constitutionnel ? Il avait lui-même expliqué à plusieurs des recalés qu’il avait reçus que les décisions des 7 Sages étaient finales et ne pouvaient être contestées. Alors, comment expliquer ce comportement qui va à l’encontre de sa parole donnée, sapant ainsi la crédibilité des institutions républicaines et les plongeant dans le déshonneur ? D’autant plus que, quoi qu’il arrive, il faudra revenir devant le Conseil constitutionnel. Malgré tous les efforts pour éluder la question, nous sommes confrontés à une agitation stérile, une perte d’énergie qui vise en réalité à gagner du temps pour atteindre un objectif qui ne vise pas véritablement à servir les intérêts du Sénégal. Qu’est ce qui empeche le president de fixer une date pour cette échéance ?

En réalité, en cherchant à manier les circonstances, je me rends compte que nous avons fini par nous égarer, sans trouver de solutions viables. Quand on en arrive à ce point, il est temps de faire marche arrière et de revenir à des choses simples, comme mettre en œuvre les recommandations du Conseil constitutionnel, comme prévu . Il est urgent de rétablir au plus vite le processus électoral en impliquant toutes les parties prenantes. Toutefois je me pose des questions sur ce projet de loi d’amnistie évoqué à l’instant par le president …cette période 2021-2024 me laisse dubitative. Le peuple semble être au cœur d’un processus encore lugubre mais en tant que spectatrice de son destin  avec un groupuscule de personnes qui oriente ses plans d’emergence . L’heure est au sursaut d’orgueil !

 

 

SARA JUPITER  SENEGAL7

Comments are closed.