L'Actualité en Temps Réel

Le Sénégal dans un tourbillon de divisions : Pourquoi les religieux doivent parler

En moins d’une semaine de violentes manifestations, pas moins de quatorze personnes ont été tuées. Entre Dakar, Ziguinchor et Bignona, ce sont surtout des jeunes, à la fleur de l’âge qui ont perdu la vie dans des circonstances non élucidées. Malgré les nombreuses faites par les autorités, depuis mars 2021, rien de nouveau sous les tropiques pouvant permettre de situer les responsabilités, de chercher et de trouver des coupables et laisser la Justice faire son travail. Comme si cela ne suffisait pas pour calmer les ardeurs, en juin 2022, deux autres jeunes sont encore assassinés.

 

Il s’agit d’Abdoulaye Diatta à Bignona et Idrissa Goudiaby à Ziguinchor. A ce niveau également, aucune nouvelle en ce qui concerne les enquêtes. Du moins, l’on tarde à élucider ces deux dossiers. Deux mois plus tard, un autre mort est enregistré. Il s’agit de François Mancabou qui était placé sous le régime de la garde à vue. Là encore, rien de nouveau par rapport à une enquête ouverte aux premiers jours de son décès.

 

Que dire de l’adjudant Didier Badji et du sergent Fulbert Sambou, portés disparus ? Le premier nommé a été retrouvé sans vie et l’on parle (pour le moment) d’une mort par noyade. Ce qui pousse nombre de Sénégalais à mettre le curseur sur le nombre de morts au Sénégal. Quoi qu’il en soit, tout le monde attend l’éclatement de la vérité sur toutes ces affaires pour pouvoir se faire une idée plus précise.

 

Sur la même lancée, d’autres partagent l’idée selon laquelle, il y a trop d’emprisonnements. En dehors du cas du journaliste Pape Alé Niang, il y a aussi d’autres dossiers comme ceux de Cheikh Oumar Diagne ou encore Karim Xrum Xax. D’ailleurs, c’est ce qui avait poussé Alioune Tine, fondateur d’AfrikaJom center à aller à la rencontre du ministre de la Justice pour trouver des «compromis» pour ces prisonniers dits «d’opinion».

En dehors de ces cas, il faut aussi relever la prégnance des insultes dans les réseaux sociaux de même que les divisions qui prennent de l’ampleur dans la société sénégalaise. Ce sont autant de dossiers qui devraient pousser les religieux à prendre la parole. Une manière de mettre en garde, mais aussi de tempérer les ardeurs. Institutions de régulation sociale (il y a aussi les imams), ils sont écoutés et entendus.

Ils sont les gardiens des valeurs et des comportements qui participent à préserver la paix et la ferveur citoyenne. Leurs positions est de grande importance surtout lorsqu’il s’agit de pouvoir faire face à tous les soubresauts de nature à secouer le pays. Car, force est de reconnaitre que c’est une richesse qui est propre au Sénégal qui doit en profiter en toutes circonstances et en toutes occasions. Avant que l’heure ne soit grave…  Le dossier Pape Alé Niang est un cas parmi tant d’autres.

 

 

A LIER AUSSI :  LES 2 DÉPUTÉS FUGITIFS TRAQUÉS : LA THÈSE DU REFUGE CHEZ SERIGNE MOUSTAPHA SY

Avec Senegal7