Accueil Actualités Mali : la Cédéao insiste sur le retour des civils au pouvoir...

Mali : la Cédéao insiste sur le retour des civils au pouvoir pour la transition

Les chefs d’Etats de la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) se sont réunis ce vendredi 28 août en visioconférence pour discuter de la situation au Mali. Ils ne valident pas la feuille de route de la junte qui envisage une transition de trois ans, et un militaire pour la diriger. Les sanctions ne sont donc pas levées pour le moment.

La question de la transition était au centre des discussions de la visioconférence des chefs d’État la Cédéao (Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest) de ce 28 août. Bon point pour la junte après la libération du président renversé : la Cédéao prend acte de la démission d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). Mais sur la transition, les chefs d’État de la Cédéao demandent aux militaires de revoir leur copie.

Les militaires, qui ont pris le pouvoir à Bamako, demandent en effet deux à trois ans pour la transition afin de terminer le quinquennat du président renversé. La junte malienne veut diriger cette transition avec un gouvernement composé de civils et de militaires.

Or, explique à RFI Jean-Claude Kassi Brou, président de la Commission de la Cédéao : « Il y a une règle au sein de l’institution qui insiste : la transition en cas de coup d’État ne doit pas dépasser douze mois ». Il poursuit : « Une autre règle exige que le président de la transition soit un civil, tout comme le Premier ministre, mais ne soit pas candidat à la présidentielle ».

Le ton est ferme. En attendant, les sanctions sont maintenues. Mais appliquer les textes, insiste l’institution sous-régionale, ne signifie pas asphyxier le Mali. La junte sera jugée sur ses actes et il y aura une évaluation de la situation d’ici le 7 septembre, date du prochain sommet des chefs d’État de la Cédéao à Niamey, au Niger.

L’imam Mahmoud Dicko, figure centrale de la crise, a mis en garde sans ménagement le jour même les militaires, les pressant de tenir la promesse du changement. « J’ai demandé à tout le monde de se réunir autour du Mali. Je le demande toujours mais cela ne veut pas dire que les militaires ont reçu un chèque en blanc », a-t-il éclaré devant des centaines de personnes.

Senegal7 avec Rfi

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici